Sur les réseaux sociaux, de nombreux Marocains soutiennent le boycott de la marche pour Charlie Hebdo

Salaheddine Mezouar a refusé de se rendre à la marche de solidarité  avec les victimes de Charlie Hebdo, du 11 janvier à cause de la présence de caricatures du prophète. Sur les réseaux sociaux, beaucoup de Marocains s’en félicitent.

Par

Le 11 janvier 2015 à Paris, une marche en hommage aux 17 victimes de Charlie Hebdo et de l'Hyper Cacher. Crédit: Loïc Venance/AFP

Le 11 janvier, de nombreux chefs d’Etat et de gouvernement se sont rassemblés à Paris pour parler de la lutte contre le terrorisme et participer à la marche de solidarité qui a réuni plus de 1,5 millions de personnes, selon la police. Notre ministre des Affaires étrangères Salaheddine Mezouar a refusé de se joindre au cortège à cause de la présence de caricatures du prophète à l’événement. Sur les réseaux sociaux, les commentaires vont bon train. Certains critiquent cette décision mais de nombreux internautes marocains, du moins ceux qui sont actifs, approuvent la décision. A en croire les commentaires Facebook qui ont fait suite à notre article annonçant la décision de Salaheddine Mezouar, il s’agit de la majorité.

fb

 

Et sur Twitter aussi, beaucoup d’internautes se prononcent en faveur de cette décision, et utilisent le hashtag #JeSuisPasCharlie.

tw10

 

 

D’ailleurs, la position de la diplomatie marocaine a même été saluée par… les internautes Algériens. Comme le montre le pure-player Tout sur l’Algérie, beaucoup ont regretté que leur ministre des affaires étrangères ait participé à cette marche.

Une honte pour le Maroc ?

D’autres Marocains sont beaucoup plus critiques, estimant notamment que cela nuit à l’image du Maroc et à sa diplomatie.

D’autres, comme le journaliste espagnol Ignacio Cembrero, font remarquer que des chefs d’Etat de pays musulmans étaient présents.

Certains préfèrent employer l’humour pour critiquer ce qu’ils considèrent être un caprice.

 

 

article suivant

Réouverture des frontières : pas de recommandation du comité scientifique, selon le ministère de la Santé