Ramid: «Deux députés de l’Istiqlal accusés de corruption ont fui la justice»

Critiqué par un responsable de l'Istiqlal sur ses résultats en matière de lutte contre corruption lors de l’émission Mouatine Al Yawm jeudi 18 décembre, Mustapha Ramid a contre-attaqué.

Par

Mustapha Ramid, ministre de la Justice et des libertés
Mustapha Ramid. Crédit: DR

La meilleure défense, c’est l’attaque. Un adage mis en pratique par le ministre de la Justice Mustapha Ramid face à Habib Talabi, membre du bureau national de l’Istiqlal, lors d’un débat pendant l’émission Mouatine Al Yawm sur Médi 1 TV, jeudi 18 décembre. Habib Talabi reprochant à Ramid son « laxisme quant au traitement des affaires de la corruption », le ministre a contre-attaqué en affirmant que le parti de l’Istiqlal abritait deux députés de la Chambre des représentants mêlés à des affaires de corruption… et qui ne se sont pas présentés devant la justice.

Le ministre a ainsi assuré « que ces deux députés ont été respectivement convoqués par la justice il y a un an et demi et il y a quelques mois, et ils ne se sont pas présentés ». Et de demander pourquoi l’Istiqlal n’avait pas sanctionné ces parlementaires.

Le ministre a terminé son intervention en évoquant la création d’un observatoire de la criminalité en 2015. Celui-ci aura pour mission de lutter contre la corruption.