Inondations: la directrice des informations et le rédacteur en chef d'Al Aoula en conflit

Inondations : la directrice des informations et le rédacteur en chef d'Al Aoula en conflit

La directrice des informations d'Al Aoula répond aux critiques d'Abdelghani Jabbar, qui a quitté son poste de rédacteur en chef en dénonçant la « mauvaise couverture » des inondations à Guelmim.

Par

Abdelghani Jabbar , journaliste de Al Aoula. Crédit : DR

Abdelghani Jabbar, le rédacteur en chef et présentateur du journal télévisé de la chaîne nationale Al Aoula a déposé sa démission mardi 2 décembre. Pour lui, la chaîne n’a pas couvert comme elle l’aurait dû les inondations survenues à Guelmim, dans le sud du Maroc, une province d’où il est originaire.

«  En cohérence avec mes convictions professionnelles (..) et suite aux protestations des habitants de la province de Guelmim (à laquelle j’appartiens) contre la manière dont la chaîne a couvert les inondations qu’a connu cette région la semaine dernière, je vous présente ma démission », a-t-il écrit dans sa lettre de démission adressée à Fatima Baroudi, la directrice des informations de la première chaîne. Il en a publié une copie sur sa page Facebook.

lettre de demission

Il a ensuite expliqué au quotidien arabophone Alyaoum24 que l’équipe de la chaîne n’est arrivée sur les lieux du drame que tardivement et a mis en avant les aides apportées aux  habitants des zones sinistrées au lieu de donner les détails sur le drame. Selon lui, la couverture faite par la chaîne était « improvisée  » et « n’a pas montré la réalité  » de ce qui s’est passé aux spectateurs. « La première chaîne s’est comportée comme si cette catastrophe avait eu lieu en Albanie, alors que les habitants étaient apeurés et attendaient des informations réconfortantes sur leur famille  », a-t-il déclaré au quotidien.

Au moins 47 personnes sont mortes ces deux dernières semaines dans les intempéries qui ont lieu dans le sud du Maroc.

Absent le jour de la couverture des inondations

Contactée par Telquel.ma, Fatima Baroudi, la directrice des informations de la première chaîne, avoue de son côté ne pas comprendre la décision de l’intéressé « d’autant plus qu’il n’a démissionné que de son poste de rédacteur en chef et pas du poste de présentateur de journal télévisé ». « C’est contradictoire », affirme Fatima Baroudi, avant d’ajouter « soit on est convaincu de tout soit on ne l’est pas ».

De plus, elle révèle que l’intéressé sait pertinemment que la chaîne dispose d’une télévision régionale à Laâyoune qui couvre cette partie de la région. De même, elle indique qu’Abdelghani Jabbar était absent le jour de la couverture et ne lui a rien proposé. « Le jour du drame, il était au Forum des droits de l’Homme qui s’est tenu à Marrakech, et ce, non en tant que journaliste, mais à titre syndical. Il n’a pas essayé de me contacter pour me proposer une manière de couvrir les événements », insiste la directrice des informations.

Il «  a manqué de respect à ses collègues »

Elle ajoute qu’« aucun journaliste n’ a le droit de réclamer que la région dont il est originaire bénéficie d’une couverture spéciale  ».

De même, pour la responsable des informations, Abdelghani Jabbar « a manqué de respect à ses collègues  » en évoquant le manque de professionnalisme dans la couverture de l’événement, et notamment envers le cameraman que la chaîne a envoyé en renfort, en plus de ceux de la télévision régionale.

Quant à son avenir au sein d’Al Aoula, elle indique qu’« il assumera les conséquences de ses actes et ce sera entre lui est ses collègues », vu qu’il est toujours présentateur du journal télévisé de la chaîne.

article suivant

Les petits arrangements de Salaheddine Mezouar avec les statuts de la CGEM

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.