Une instance va veiller au respect de la langue dans les médias

Un observatoire de la langue et des médias vient d’être créé. Objectif : surveiller la qualité linguistique des médias.

Par

Mohamed El Ferrane, directeur de l'IERA. Crédit : DR.

Le ministre de la Communication Mustapha Khalfi a signé le 15 octobre une convention avec le directeur de l’Institut des études et des recherches en arabisation (IERA) pour créer un observatoire des médias et des langues. Il concerne tous les supports, écrits et audiovisuels. L’objectif est de lutter contre le mélange des langues dans une même conversation ou un même programme. Mohammed El Ferrane, président de l’IERA, déplore par exemple « le mélange dans la publicité de la langue arabe, française et parfois anglaise ». Il parle à ce sujet d’ « anarchie linguistique » qui « influe négativement sur la bonne pratique de la langue chez monsieur tout le monde »en insistant sur l’influence des médias sur l’apprentissage de la langue, chez les enfants notamment.

Lire aussi :  » Débat. Quelles langues pour le Maroc ? « 

Le linguiste, qui avoue que la question linguistique est un « problème politique »,  nous assure que l’instance ne s’intéressera pas seulement à l’arabe, qui ne sera pas question de promouvoir par rapport aux autres langues : « l’observatoire a pour ambition d’assurer la bonne pratique des langues arabe et amazighe […] les langues modernes, telles le français, l’espagnol et l’anglais auront aussi leur place ». Pour lui, « dans notre société, chaque langue a sa fonction ». Pas question, donc, de condamner les séries en darija, par exemple.  » L’arabe marocain s’est beaucoup dégradé et c’est notre rôle de linguistes de l’aménager pour limiter cet état « , ajoute-t-il.

Lire aussi :  » Tendance: Darija, langue littéraire « 

L’observatoire s’engage à produire chaque année un rapport sur le bilan linguistique des médias marocains. Le document n’épinglera pas nommément tel ou tel média mais restera un « document de synthèse des fautes rencontrées ». Aussi, l’instance, composée de linguistes et journalistes, prêtera assistance aux médias demandeurs lorsqu’ils éprouvent des problèmes à traduire des nouveaux mots anglais (du lexique d’Internet ou des nouvelles technologies par exemple), en arabe.

article suivant

Le Groupe OCP se voit imposer des droits compensateurs sur ses importations américaines