Pour le gouvernement, la grève générale « porte atteinte à la paix sociale »

Le gouvernement répond à l’annonce de la grève générale des syndicats en affirmant ne même pas comprendre leurs motivations.

Par

Crédit : Yassine Toumi.

Le gouvernement s’est exprimé à l’issue du conseil du gouvernement du 16 octobre sur l’appel à la grève générale lancé par quatre syndicats (UMT, UGTM, CDT et FDT). Par la voix de son porte-parole Mustapha El Khalfi, le gouvernement a expliqué ne comprendre « ni les motivations ni les causes » de cette grève dont il craint qu’elle ne porte atteinte à la paix sociale. Le ministre nie tout gel du dialogue social, pourtant dénoncé par les syndicats. Concernant la reforme des retraites contestée par certains d’entre eux, d’après le gouvernement, « toute protestation est infondée » étant donné que les syndicats n’ont proposé aucune alternative à la réforme et que le projet final n’a pas encore été adopté.

Le ministre a également rappelé que la réforme avait fait l’objet d’une consultation préalable. Il a même détaillé l’ensemble des réunions effectuées avec les organisations syndicales. Mustapha El Khalfi a aussi insisté sur le coût du statu quo, en rappelant que le régime actuel devait faire face à un danger d’épuisement des réserves et que si aucune réforme n’était mise en œuvre, la Caisse marocaine des retraites (CMR) serait dans l’incapacité de payer les pensions.

Lire aussi : « Réforme de la retraite: le CESE invite le gouvernement à temporiser »

article suivant

Spécial rentrée littéraire : “La porte du voyage sans retour” de David Diop