Trafic. Touche pas mon kif !

“Cette année, il n’y aura pas de culture de kif dans la région”. C’est le message répété par les berrahs (crieurs publics) dans les souks de la région de Bni Boufrah, dans la province d’Al Hoceïma, et qui a mis le feu aux poudres. En effet, le samedi 26 janvier, ce bastion de la culture de cannabis s’est embrasé et plusieurs manifestants ont saccagé le poste de gendarmerie de Bni Jmil, le siège du conseil communal local, avant de bloquer la rocade reliant Al Hoceïma à Tétouan.

Il a fallu l’intervention des députés locaux et plusieurs contacts avec le ministère de l’Intérieur pour lever le blocage sur la route, qui a duré toute la journée du samedi. Mais la tension est encore palpable dans la région, puisque des dizaines de personnes sont recherchées par la gendarmerie, qui les soupçonne de participer à des actes de vandalisme, sans oublier la perquisition des maisons de quelques paysans qui auraient trempé dans le trafic de cannabis. Entre la culture de kif qui s’approche de plus en plus des centres urbains et l’Etat qui a décidé de serrer la vis, d’autres soulèvements sont à craindre dans plusieurs régions du nord.

article suivant

Report des activités prévues à l'occasion de la fête du trône