Maroc

Juan Ignacio Zoido: "Nos forces de sécurité ont été en contact permanent" avec le Maroc depuis les attentats

Juan Ignacio Zoido (à d.) et Abdelouafi Laftit. Crédit: R. Tniouni/Telquel
Juan Ignacio Zoido: "Nos forces de sécurité ont été en contact permanent" avec le Maroc depuis les attentats
août 29
13:26 2017
Partager

Le ministre de l'Intérieur Abdelouafi Laftit a rencontré mardi à Rabat son homologue espagnol Juan Ignacio Zoido, pour échanger des informations concernant "l'enquête sur les attentats en Catalogne".

Cette visite, la troisième du ministre de l'Intérieur espagnol au Maroc depuis le début de son mandat, a été l'occasion d'aborder "les défis sécuritaires auxquels les deux pays font face", a déclaré le ministre de l'Intérieur Abdelouafi Laftit, lors d'un point de presse à Rabat à l'issue de sa rencontre avec son homologue espagnol Juan Ignacio Zoido.

Les deux ministres ont abordé les thèmes de "l'immigration clandestine, le crime organisé, le trafic de drogue" et "particulièrement le terrorisme international", a déclaré Abdelouafi Laftit. Juan Ignacio Zoido a de son côté rappelé que sa visite avait pour principal objet "l'échange des informations au sujet de l'enquête sur les attentats de Catalogne", qui ont fait 16 morts.

Laftit a également loué "le haut niveau et le caractère exemplaire de la coopération entre le Maroc et l’Espagne en matière de sécurité", et a salué un "partenariat sécuritaire basé sur la responsabilité partagée et la confiance mutuelle".  "Je voudrais, à ce propos, saluer le travail colossal qu’accomplissent les services sécuritaires pour protéger le Royaume contre les attaques terroristes", a-t-il ajouté

Le ministre de l'Intérieur a assuré que les investigations en cours "font l’objet d’une totale collaboration entre les services sécuritaires marocains et leurs homologues espagnols",

12 opérations conjointes depuis 2014

De son côté, Juan Ignacio Zoido s'est félicité de la coopération "continue, loyale et fructueuse" entre les deux royaumes. "Depuis les dramatiques attentats terroristes de Barcelone et Cambrils (...), nos forces de sécurité ont été en contact permanent avec celles du Maroc", a assuré le ministre espagnol.

Durant son allocution, Juan Ignacio Zoido a beaucoup insisté sur "l'importance vitale de l'échange d'informations entre l'Espagne et le Maroc", rappelant notamment que "11 des 12 terroristes liés à la cellule qui frappé à Barcelone et Cambrils sont nés au Maroc, et sont arrivés très jeunes en Espagne où ils ont grandi et été éduqués. L'un d’eux est également né en Espagne, avec des origines marocaines".

Le ministre espagnol a également assuré que la collaboration entre les deux pays a permis aux services de sécurité marocains de réaliser "deux arrestations en lien avec les attentats de Barcelone et Cambrils".

Zoido a également fourni les détails sur les échanges avec son homologue: "nous sommes ici aujourd'hui pour continuer à partager les informations qui nous permettront d'atteindre un de nos objectifs qui est de savoir tous les détails de la préparation et de l'exécution des attentats, afin que toutes les personnes impliquées soient traduites devant la justice", a-t-il enchaîné.

Il a par la suite loué la "solidarité" affichée par le Maroc. "Les victimes et leurs familles ont reçu la solidarité de tout le monde et l'ambassade d'Espagne à Rabat a reçu de multiples messages de condoléances. J'aimerais exprimer  particulièrement la gratitude avec laquelle a été reçu le message que le roi Mohammed VI a transmis au roi d'Espagne", a-t-il poursuivi.

Par ailleurs, le ministre espagnol affirme que la coopération sécuritaire entre les deux parties "produit de bons résultats", avançant plusieurs chiffres pour étayer ses propos. "Je peux assurer qu'entre 2014 et 2017, 12 opérations conjointes ont été réalisées. La dernière a été menée au mois de mai et a permis d'appréhender trois  jihadistes: deux à Badalona et Salau, et un à Tanger. Ils appartenaient tous à une cellule terroriste de Daech. Notre collaboration a également permis l'arrestation de 175 terroristes présumés dont les profils de radicalisation ont déclenché l'alerte de niveau 4 en Espagne il y a deux ans", a-t-il précisé.

Agir en amont pour plus d'efficacité

Juan Ignacio Zoido a aussi insisté sur la nécessité d'agir en amont de la menace terroriste: "Nous avons parlé et nous sommes convenus de renforcer les échanges d'informations entre nos deux pays, sur toute personne susceptible d'inciter à la radicalisation, ainsi que sur les activités transfrontalières exigeant une attention particulière en matière de sécurité", a-t-il plaidé.

Abdelouafi Laftit a rappelé pour sa part que "la coopération sécuritaire entre le Maroc et l'Espagne est encadrée par des conventions bilatérales mises en oeuvre par le biais de dispositifs de travail communs et une coordination continue".

"Les enfants d'immigrés marocains de 2e et 3e génération nés en Europe ont besoin d'une attention particulière pour éviter qu'ils tombent dans le terrorisme, particulièrement dans les mosquées non surveillées et auprès de certains imams radicaux", a-t-il souligné.

"Nous sommes convaincus qu’aucun pays n’est à l’abri de la menace terroriste", a encore déclaré le ministre espagnol. "Nous pouvons vaincre le terrorisme qui vise à détruire notre mode de vie, notre liberté, notre démocratie et nos droits (...) nous œuvrerons sans répit jusqu’à en finir avec cette menace. L’aide de tous, particulièrement celle du Maroc, est la clé pour y parvenir", a-t-il enchaîné.

"Nous avons aussi parlé de la nécessité d'intensifier nos efforts communs pour maintenir surtout le contrôle des flux migratoires qui traversent le Maroc", a encore déclaré Juan Ignacio Zoido.

Le ministre espagnol a rappelé que "la collaboration du Maroc a été fondamentale pour éviter des assauts massifs". "Nous devons aussi nous tenir prêts à agir contre les nouveaux modus operandi", a-t-il prévenu.

Abdelouafi Laftit a pour sa part rendu hommage aux "centres de coopération sécuritaire maroco-espagnols à Tanger Med et à Algésiras, aux officiers de liaison ainsi qu'aux patrouilles maritimes communes".

 Juan Ignacio Zoido (à d.) et Abdelouafi Laftit. Crédit: R. Tniouni/Telquel

Juan Ignacio Zoido (à g.) et Abdelouafi Laftit. Crédit: R. Tniouni/Telquel

Tags
Partager

Lire aussi

Nous suivre

Retrouvez le meilleur de notre communauté

facebook twitter youtube instagram rss