Maroc

En tout, 36 militants du Hirak ont bénéficié de la grâce royale

Crédit : Yassine Toumi/TELQUEL
En tout, 36 militants du Hirak ont bénéficié de la grâce royale
juillet 31
14:38 2017
Partager

36 militants du Hirak détenus, dont Silya Ziani et Mohamed El Hilali le directeur de Rifpresse, ont été graciés le 29 juillet selon Rachid Belaali coordinateur de la défense. Ceux emprisonnés à Casablanca sont sur le point d'entamer une grève de la faim selon la défense.

Quelques minutes avant le discours du roi à l’occasion de la Fête du trône, la nouvelle est tombée. Le ministère de la Justice a annoncé la grâce de certains détenus du Hirak n'ayant "pas commis de crimes ou d’actes gravissimes lors des événements qu’a connus la région d’Al Hoceima", sans préciser ni le nombre, ni l’identité des bénéficiaires.

Ils sont 36 au total, dont la jeune artiste Silya Ziani, à avoir bénéficié de la grâce royale le 29 juillet, nous apprend Rachid Belaali, coordinateur de la défense. "À Al Hoceima, onze personnes graciées étaient en état d’arrestation tandis que 19 autres étaient en état de liberté provisoire et à Nador ils sont cinq à avoir bénéficié de la grâce", nous précise l'avocat. Mohamed El Hilali, le directeur du site d’information Rif Presse, figure parmi les personnes graciées à Al Hoceima. Il a été condamné le 29 juin  à cinq mois de prison ferme.

Les détenus d'Oukacha bientôt en grève de la faim

Farid El Hamdaoui, coordinateur des familles des détenus du Hirak explique à nos confrères d'Alyaoum24 que 24 militants du Hirak, toujours détenus à Oukacha "ont signé la demande de grâce royale". "Nous espérions qu’ils soient libérés, mais il n’y a que Silya qui a bénéficié de la grâce", écrit-il sur Facebook.

Les détenus de Casablanca vont entamer une grève de la faim ce lundi 31 juillet, d'après plusieurs sources médiatiques citant la défense. "Nous avons été prévenus par les détenus lundi dernier que leur grève de la faim allait reprendre après la Fête du trône", explique Abdessadek El Bouchtaoui, membre du comité de la défense au site Lakome.

"Cette suspension était une manière d'ouvrir la possibilité pour leur libération", ajoute-t-il. Pour sa part, Rabii Al Ablak en est à son 35e jour de grève de la faim. "J'ai pris contact avec sa famille, il n'y a pas l'ombre d'une grâce. Selon son frère, son état est critique, on peut le perdre à tout moment", déplore son avocat à Lakome. On note également que Nasser Zafzafi, le leader du Hirak, n'a pas non plus eu droit à la grâce royale tout comme une centaine d'autres militants du mouvement de contestation du Rif.

Tags
Partager

Lire aussi

Nous suivre

Retrouvez le meilleur de notre communauté

facebook twitter youtube instagram rss