essentiel

La SNRT répond aux critiques sur la diffusion d'un reportage polémique sur le Hirak

Crédit : Yassine Toumi/TELQUEL
La SNRT répond aux critiques sur la diffusion d'un reportage polémique sur le Hirak
mai 30
15:44 2017
Partager

Pour illustrer un communiqué du procureur général d’Al Hoceima annonçant l’arrestation de 20 manifestants du Hirak, Al Aoula et Medi1TV avaient utilisé les images d'affrontements entre supporters du Wydad de Casablanca et du Chabab Al Hoceima le 27 mai.

La couverture médiatique des manifestations du Hirak d’Al Hoceima par les chaînes publiques suscite les interrogations de plusieurs élus. Omar Balafrej (FGD), Imane El Yakoubi et Mohamed Khayi Khamlichi (PJD) ont adressé dans ce sens des questions écrites et orales au ministre de la Culture et de la Communication après la polémique suscitée par les éditions des journaux télévisés du 27 mai sur Al Aoula et Medi1TV.

Les deux chaînes avaient diffusé, comme l’ont révélé nos confrères du ledesk.ma, des images d’affrontements entre supporters du Wydad Casablanca et du Chabab Rif Al Hoceima pour illustrer la lecture d’un communiqué du procureur général du roi à Al Hoceima annonçant l’arrestation de 20 manifestants du Hirak la semaine passée.

Les images utilisées sont celles d'un incident survenu le 3 mars dernier et qui avait fait 14 blessés alors que le communiqué du procureur concernait les récentes tensions à Al Hoceima.

Contacté par Telquel.ma, un responsable de la Société nationale de radiodiffusion et télévision (SNRT) nous affirme que les images des affrontements ont été utilisées, car "elles illustrent les violences ayant eu lieu durant les derniers mois à Al Hoceima et auxquelles le procureur général fait référence dans son communiqué ".  "Nous avons illustré ce communiqué avec les archives et ce que nous avons obtenu ces derniers jours", précise notre interlocuteur qui estime que les images utilisées par les journalistes de la chaîne sont " cohérentes avec le sujet ". Contacté par Telquel.ma, le PDG de Medi1TV, Hassan Khiyar n’a pu être joint pour sa part.

Dans sa question écrite, Omar Balafrej affirme que l’utilisation de ces images pour illustrer le communiqué du procureur du roi rappelle "les méthodes utilisées par les médias dans des régimes fascistes qui consistent à contrefaire et à déformer les faits". L’élu FGD demande également au ministre de la Communication s’il compte "prendre des mesures afin de réduire ces pratiques et faire des médias publics une source d’information impartiale dont le but principal est d’éclairer l’opinion publique". Imane El Yakoubi et Mohamed Khiyi El Khamlichi lui ont emboîté le pas.

Tags
Partager

Lire aussi

Nous suivre

Retrouvez le meilleur de notre communauté

facebook twitter youtube instagram rss