essentiel

Prise de bec entre les "Tangérois" Bernard-Henri Lévy et Jean-Luc Mélenchon

Prise de bec entre les "Tangérois" Bernard-Henri Lévy et Jean-Luc Mélenchon
avril 04
15:55 2017
Partager

Tous deux Tangérois, l'un de naissance et l'autre par adoption, le candidat à la présidentielle française et le philosophe se sont récemment invectivés.

L’un est natif de Tanger, l’autre y détient une résidence secondaire depuis plusieurs années. Jean-Luc Mélenchon (JLM) et Bernard-Henri Lévy (BHL) n'ont jamais caché leur amour pour la ville du Détroit. Mais la convergence entre les deux personnages s’arrête là. En ces temps de campagne électorale, BHL et Mélenchon n’hésitent pas à se lancer dans des joutes verbales saignantes. C’est d’ailleurs le philosophe qui a dégainé en premier, dans une chronique publiée sur son site le 29 mars.

"Ça n’avait pas trop mal commencé", lance BHL, sur un ton ironique, en désignant Mélenchon qui "est né à Tanger, ville cosmopolite et ample, ville d’écrivains et d’esthètes, ville de tangence entre un Orient compliqué et une Europe curieuse". Pour le chantre des nouveaux philosophes, le Tanger des poètes a forcément influencé le leader du mouvement "La France insoumise". "Mélenchon a tout de suite eu cet art de la faconde et de la belle langue dont on ne sait s’il est né, pour lui, sur l’agora d’Athènes ou entre le Grand et le Petit Socco", écrit-il, faussement laudateur.

C’est qu’en réalité, BHL n’apprécie guère JLM, son côté anti-atlantiste et sa supposée attirance pour Hugo Chavez, Fidel Castro ou encore Vladimir Poutine. Il n'hésite d'ailleurs pas à qualifier Mélenchon de narcissique. "Parfois, je me dis que c'est son amour de soi qui l'a perdu. L'orchestration de ses meetings… Sa façon, non plus de parler, mais de s'écouter… Le parfum de culte de la personnalité qui flotte, dit-on, dans les rangs de son parti… Et puis cette affaire d'hologramme qui a donné lieu à tant d'explications alors que la vérité, toute simple, crevait les yeux: n'était-ce pas, d'abord, un sommet inégalé de la jouissance narcissique en politique  ?", écrit BHL.

"C'est le moment de rire"

Naturellement, le billet du philosophe n’est pas passé inaperçu. En plein meeting à Châteauroux, le 2 avril, Jean-Luc Mélenchon a lancé sa petite pique en direction de celui qui avait soutenu l’intervention américaine en Irak en 2003. "Comme disait le Cyrano de Bergerac de Rostand, je ne renonce pas à l’honneur d’être une cible. Depuis peu, voici qu’à court de nouveaux arbalétriers, Monsieur Bernard-Henri Lévy me reproche d’être un Narcisse", a-t-il lâché déclenchant des huées fournies de son auditoire, à destination de BHL.

"Je vous en prie", a-t-il ensuite lancé à son public. "Ne faites pas croire que vous n’avez plus d’humour. Ce n’est pas le moment de huer, c’est le moment de rire". Hilares, les 3.000 "insoumis" présents à Châteauroux n’ont pas été les seuls à se moquer du philosophe puisque le politologue Pascal Boniface y est également allé de sa petite blague sur Twitter.

Jean-Luc Mélenchon : nouvelle cible de BHL

Tags
Partager

Lire aussi

Nous suivre

Retrouvez le meilleur de notre communauté

facebook twitter youtube instagram rss