essentiel

Un jeune homosexuel maroco-italien "séquestré" au Maroc pour être "soigné"

"Quand je suis arrivé, ils m'ont enlevé tous mes documents", témoigne Mahmoud au journaliste italien.
Un jeune homosexuel maroco-italien "séquestré" au Maroc pour être "soigné"
mars 31
16:55 2017
Partager

Un journaliste a été interpellé par un jeune homosexuel italien, d'origine marocaine. "Séquestré", il accuse ses parents de l'avoir envoyé au Maroc pour "soigner sa maladie".

Mahmoud a 19 ans. Ressortissant italien d'origine marocaine, il s'est retrouvé bloqué au Maroc par ses parents qui espèrent "soigner" son homosexualité. C'est l'histoire racontée par Marco Maisano dans l'émission italienne Le lene de Mediaset, et relayée par notre confrère Yabiladi. Le journaliste italien retrace l'histoire de Mahmoud, qui lui a envoyé un appel à l'aide par mail le 24 janvier 2017.

Mahmoud italien gay"J’ai commencé à avoir des problèmes avec mes parents au début de l’année 2016. En mars 2016, ils ont pris connaissance de mon homosexualité et m’ont ensuite emmené au Maroc où il n’y a pas de droits pour les LGBT et où les personnes homosexuelles sont punies [par la loi]. Aujourd’hui, je veux retourner en Italie, mais l’unique problème est que je ne trouve pas mes documents (…), car ils les ont cachés. Je ne sais pas quoi faire, je suis vraiment seul et désespéré", écrit le jeune homme.

Après avoir reçu ce mail, le journaliste a appelé le jeune homme pour avoir plus d'informations. "Oui, je suis séquestré", lui confirme ce dernier au téléphone depuis le Maroc. Marco Maisano raconte alors que Mahmoud a finalement réussi à s'échapper de chez lui. Le jeune homme se serait rendu au consulat italien qui ne l'a pas aidé.

Certaines personnes étaient au courant qu'il était enfermé chez lui, comme sa professeure italienne qui a rencontré Marco Maisano. Pourtant, cette dernière n'a pas réagi. "La professeure aurait dû aller à la police, car c'est son rôle d'aider les enfants", reconnaît la directrice de l'école que Mahmoud fréquentait en Italie, au micro du journaliste.

Lire aussi : Deux homosexuels condamnés à 6 mois de prison à Tanger

Marco Maisano s'est rendu à Casablanca pour rencontrer le jeune homme. Dans l'émission, Mahmoud témoigne à visage couvert. "Ma mère m'a envoyé un message d'insultes où elle me souhaite la mort", raconte celui qui a commencé à se poser des questions sur son homosexualité à 12 ans. "J'ai vécu tant de discrimination et d'homophobie", conclut-il.

Grâce à l'action du journaliste et à une association qui n'est pas citée, le jeune homme est retourné en Italie où Marco Maisano a continué son enquête pour comprendre comment Mahmoud en est arrivé à être séquestré pour être "soigné de sa maladie".

Il a notamment rencontré le père de Mahmoud qui décrit son fils comme quelqu'un qui "ne travaille pas, n'étudie pas", qui "boit" et qui "fume". "Il faut l'emmener chez le médecin pour guérir son homosexualité qui est une maladie", assure-t-il face à la caméra dans un échange tendu avec le journaliste. "Il est bien là-bas au Maroc, il est mieux qu'ici en Italie", est-il convaincu.

Le père de Mahmoud nie cependant le fait que son fils ait été séquestré. Dans un café, le père accompagné de sa femme et de sa fille explique à Marco Maisano que l'homosexualité est interdite par la religion. Sans préciser quand et où il est rentré, le journaliste explique que le jeune homme, déscolarisé et sans revenu, est désormais dans une situation précaire. Il appelle à la solidarité, notamment en rendant visible son histoire par le hashtag #corragiomahmoud sur Twitter.

Lire aussi : LGBT au Maroc: Connaissez vos droits

Tags
Partager

Lire aussi

Nous suivre

Retrouvez le meilleur de notre communauté

facebook twitter youtube instagram rss