Culture

R3hab, le DJ maroco-néerlandais qui côtoie les stars

R3hab, maroco-hollandais, est devenu un DJ international.
R3hab, le DJ maroco-néerlandais qui côtoie les stars
janvier 25
16:38 2017
Partager

R3hab, de son vrai nom Fadil El Ghoul, a déjà collaboré avec les plus grandes stars internationales comme Rihanna. Originaire de Marrakech, le DJ revient sur sa carrière avec Telquel.ma.

Né et élevé aux Pays-Bas dans une famille originaire de Marrakech, Fadil El Ghoul vit désormais de l'autre côté de la planète. Pour cette interview, il nous appelle à 18 heures sur Whatsapp depuis Los Angeles.

Connu dans le milieu  artistique sous le nom de R3hab, le jeune DJ est devenu un incontournable de la musique électronique. Il a remporté l'IDMA Best Breakthrough Artist Award à Miami il y a cinq ans, et se classe désormais au 21e rang du top 100 DJ Mag 2016. Avec plus de 200 millions de lectures sur Soundcloud et 600 millions de vues sur YouTube, il a construit sa carrière à l'international en collaborant avec les plus grandes stars outre-Atlantique comme Rihanna, Calvin Harris, Taylor Swift, Pitbull et Bruno Mars. Entre remix des tubes internationaux et DJ sets dans les grands festivals, R3hab est omniprésent sur la scène électronique mondiale.

Il y a peu de sonorités marocaines dans votre musique. Comment votre identité influence-t-elle votre création artistique?

J'ai le physique d'un Marocain, même mon nom est marocain. Même dans ma musique, il y a des énergies marocaines. Venant d'Afrique du Nord, j'ai un sens du rythme poussé. C'est ce qu'on peut entendre dans ma première chanson, "Pump the party", qui m'a fait connaître. C'est ce qui me différencie des autres DJ.

Qu'est-ce qui vous a justement permis de décoller?

À 17 ans, j'ai acheté mon premier ordinateur et j'ai téléchargé un logiciel. J'ai fait plein d'essais. Quand j'avais 21-22 ans, j'ai mis ma première chanson en ligne. Alors que je n'avais pas de label, "Pump the party" a fait entre 2 et 3 millions de vues, sans aucun marketing. C'est grâce aux réseaux sociaux comme YouTube, Facebook, Instagram et Soundcloud que je me suis fait connaître, c'est la chance de notre époque. Le producteur marocain RedOne m'a repéré et il m'a demandé de remixer une chanson de Lady Gaga puis une autre de Jennifer Lopez. Il m'a vraiment beaucoup aidé, il a voulu me donner une chance! J'ai aussi été aidé par le DJ néerlandais Afrojack. Plus je jouais, plus je me suis amélioré. Maintenant, je me fais suffisamment d'argent.

Lire aussi : RedOne et Jack Lang mijotent quelque chose pour la fête de la musique

Que signifie "se faire suffisamment d'argent" pour un DJ international ?

Depuis 2010, je suis professionnel. Je gagne suffisamment pour manger et acheter ce que je veux, mais je ne peux pas non plus m'offrir une Ferrari (rires). C'est compliqué, car je gagne suffisamment aujourd'hui, mais ce métier peut être éphémère. Peut-être que je serai populaire pour les cinq prochaines années, mais j'ignore pour combien de temps! Il faut donc bien gérer son argent. Je peux me retrouver sans rien du jour au lendemain.

Votre popularité vous a permis de jouer avec les plus grandes stars. Quelle est votre préférée?

En tant que DJ, je remixe les tubes des stars, principalement américaines et britanniques. J'ai adoré partir en tournée avec Rihanna par exemple. Je travaille avec elle depuis 2011 et elle m'a redemandé en tournée récemment. C'est un petit monde, on se connaît tous. Rihanna est vraiment très sympa dans les coulisses, elle a une belle voix et une présence sur scène que j'apprécie beaucoup.

Pourquoi ne travaillez-vous pas avec des stars de la musique du monde arabe ?

J'ai commencé par les États-Unis, car c'est le plus gros marché avec les stars les plus importantes. Les labels sont là-bas et ils investissent beaucoup dans les festivals. La même chose est en train de se passer en Asie depuis l'année dernière. J'y passe souvent quelques mois pour y travailler l'été. En décembre, j'ai rencontré RedOne à nouveau, et on est en train de discuter pour travailler ensemble. Il m'a donné quelques noms. J'aime beaucoup Khaled et son tube "C'est la vie". Le problème c'est qu’il est seulement connu en France, pas aux États-Unis ou aux Pays-Bas. J'utilise aussi "1, 2, 3 soleil" d'Abdel Kader dans mes sets, car ce titre me fait penser à la magie de la médina de Marrakech. Je pense à travailler plus souvent au Maroc. Inch'Allah, je serai au festival Mawazine de 2018 à Rabat.

Lire aussi : Mawazine. Un miracle royal

 

Vous êtes d'origine marocaine. Quelle place occupe ce pays dans votre vie?

Mes deux parents sont Marocains. Jusqu'à mes 17 ans, je suis venu tous les étés à Marrakech. Je prenais l'avion avec mon frère pour aller voir ma grand-mère. J'ai encore toute ma famille là-bas. Seuls ma mère et mon oncle habitent aux Pays-Bas. J'ai de superbes souvenirs ! Au Maroc, j'étais avec toute la famille, il y avait beaucoup de monde et on faisait de grands repas tous les jours. De retour aux Pays-Bas, il faisait froid et j'étais seul avec ma mère et mon frère. Du coup, je parle très peu l'arabe marocain et pas du tout l'arabe littéraire. Je ne sais ni lire ni écrire, ma mère a préféré que je me concentre sur le néerlandais pour pouvoir réussir mes études et trouver un travail.

Tags
Partager

Lire aussi

Nous suivre

Retrouvez le meilleur de notre communauté

facebook twitter youtube instagram rss