Maroc

28% des Marocains disent avoir déjà versé un bakchich pour une information

Crédit : DR
28% des Marocains disent avoir déjà versé un bakchich pour une information
mars 26
16:51 2015
Partager

Dans son dernier rapport sur l’indice d’ouverture du gouvernement, l’ONG World Justice Project classe le Maroc à la 60e place sur 102 pays.

L’ONG américaine World Justice Project (WJP) a publié son rapport 2015 sur l’indice d’ouverture du gouvernement sur le monde. Par ouverture du gouvernement, WJP comprend ce qui « contribue à un contrôle citoyen effectif et accentue la collaboration entre les secteurs privé et public ». Et sur un total de 102 pays classés, le Maroc se place à la 60e place, et au deuxième rang sur sept dans la région Mena. Le Maroc a obtenu une moyenne générale de 0,51, sur une échelle de 0 à 1, soit la même note que la Tunisie.

Pour établir cette notation, l'ONG mesure quatre axes : la publicité des lois / les données publiques (le Maroc y a obtenu la note de 0,48) ; le droit à l'information (0,48) ; la participation civique (0,51) et les mécanismes de recours (0,56). Les notes attribuées à chaque critère tiennent compte des points de vue et des expériences personnelles des citoyens marocains questionnés sur l'ouverture du gouvernement. Les questionnaires ont été appliqués à un échantillon de personnes choisies dans les trois principales villes du pays.  Les noms de ces trois villes ne sont pas mentionnés dans l’étude effectuée par WJP

60% des Marocains font confiance aux informations du gouvernement             

A la question « est-ce que les autorités informent bien les gens sur leurs droits », 74% des Marocains interrogés (contre 47% dans la région Mena) ont répondu par la positive. Par ailleurs, 81 % des sondés trouvent que les autorités communiquent bien ou très bien sur les dépenses publiques (contre 55% seulement dans la région Mena).

Les Marocains se sentent informés, mais ne savent pas s'ils doivent forcément faire confiance aux informations dès lors qu'elles ont le label officiel : seuls 60% des Marocains (contre 62% dans la région Mena) font confiance aux informations du gouvernement. En outre, le pourcentage de ceux qui estiment de bonne ou de très bonne qualité les informations que publie le gouvernement est comparable, à 57 %. Un pourcentage là encore légèrement en deçà de celui de la région Mena, qui est de 63%.

28% ont payé des pots-de vin pour des informations

L'enquête fait également ressortir que seuls 19% de Marocains sont conscients de leur droit à l’information ; et ils ne sont que 6% à demander effectivement des informations au gouvernement. Dans ce cas, 38% reçoivent des informations en moins d’une semaine. 40% trouvent que les informations reçues sont incomplètes, vagues, floues et évasives.

Pire, 28% disent même avoir payé des pots-de-vin pour obtenir des informations de la part des autorités.

Une moindre confiance dans les médias que chez nos voisins

La liberté politique semble être perçue de manière singulière par rapport à nos voisins de la région Mena. 50% des Marocains estiment que les médias peuvent librement exprimer leur opinions contre la politique et les actions du gouvernement, relativement loin des 60% de la région Mena. Les Marocains doutent aussi beaucoup plus du droit de pétition : ils sont 63 % à penser qu'il est possible d'exercer librement son droit de pétition / de se réunir pour attirer l'attention sur un sujet, contre 73 % dans la région Mena.

Par contre, les Marocains sont 65 % à penser que les autorités locales consultent bien ou très bien la société civile avant de prendre des décisions, contre seulement 49 % dans la région Mena. 69 % des Marocains pensent que les organisations de la société civile peuvent exprimer librement leurs opinions contre la politique des autorités (contre 59 % dans la région Mena), et 59 % pensent qu'ils est possible de rejoindre l'une de ces organisations librement (contre 62 % en région Mena).

Enfin, 61 % des Marocains pensent les autorités locales fournissent des mécanismes de plainte / recours relatifs aux services publics, contre 53 % seulement dans les pays de la région Mena.

Tags
Partager

Lire aussi

Nous suivre

Retrouvez le meilleur de notre communauté

facebook twitter youtube instagram rss