Maroc

Sécurité routière: les routes du Maroc moins meurtrières en 2014

Crédit : Yassine Toumi
Sécurité routière: les routes du Maroc moins meurtrières en 2014
février 12
11:37 2015
Partager

Moins de morts, moins d'accidents graves sur nos routes en 2014, selon le bilan du Comité permanent de sécurité routière. Cependant, en ville, le nombre de décès dans des accidents est en hausse.

L'année 2014 a enregistré une baisse significative des accidents de la circulation graves, avec un recul de 6,04 % du nombre d'accidents mortels, de 8,74 % des décès et de 14,81 % du nombre de blessés graves, a indiqué Brahim Baamal, le directeur des transports routiers et de la sécurité routière, mercredi 11 février à Rabat. C'était lors d'une réunion du Comité permanent de sécurité routière (CPSR) consacrée à la présentation des chiffres provisoires des accidents de la route au titre de 2014. Une réunion qui coïncidait avec la célébration de la journée nationale de la sécurité routière 2015.

Le 13 janvier dernier, déjà, le ministre délégué aux Transports Mohamed Najib Boulif avait qualifié les premières statistiques annonçant la baisse du nombre de tués sur les routes d’« historiques », en précisant que les chiffres n’avaient jamais été aussi bons depuis plus de quinze ans.

En 2013, une baisse du nombre d’accidents mortels avait également été enregistrée: le nombre de victimes était tombé sous la barre des 4 000 morts, avec 3 705 personnes décédées, ce qui représentait une baisse de 8,6% par rapport à 2012, et moins de 11 000 blessés graves, en baisse de 6,7%. Les routes marocaines font donc moins de victimes pour la deuxième année consécutive.

Un bémol toutefois: la baisse du nombre de décès dans des accidents de la route n'a été enregistrée que hors du périmètre urbain. Dans les villes, le nombre de personnes décédées dans des accidents de la circulation a connu une hausse, notamment au mois de décembre, a précisé Brahim Baamal. Pour ce dernier, la baisse de la mortalité sur nos routes en 2014  s’explique par les mesures prises par le gouvernement lors de la période estivale, notamment l'adoption d'un programme spécifique et des contrôles renforcés.

Mais Najib Boulif avait de son côté estimé en décembre dernier que cette diminution était liée à l’introduction des alcootests.

Tags
Partager

Lire aussi

Nous suivre

Retrouvez le meilleur de notre communauté

facebook twitter youtube instagram rss