Les routes marocaines font moins de victimes pour la deuxième année consécutive

Le ministre délégué aux Transports qualifie les chiffres 2014 de la mortalité sur les routes d'« historiques ».

Par

Image d'archive. Crédit : AFP

Les chiffres 2014 de la sécurité routière sont très positifs, a déclaré le ministre délégué aux Transports Mohamed Najib Boulif le 13 janvier. Il a annoncé une baisse de 9,5 % du nombre de morts et de 14,77 % des blessés graves dans des accidents de la route entre janvier et novembre 2014 par rapport à la même période 2013.

D’après les estimations, l’année 2014 enregistrera une diminution d’environ 330 morts par rapport à l’année précédente. Le ministre délégué a qualifié ces chiffres d’« historiques », en précisant qu’ils n’ont jamais été aussi bons depuis plus de quinze ans. Il y a quelques semaines, il avait estimé que cette diminution des accidents meurtriers était liée à l’introduction des alcootests.

Des journalistes formés à la sécurité routière

Rappelons que 2013 avait déjà enregistré une baisse du nombre d’accidents mortels : le nombre de tués sur les routes était tombé sous la barre des 4 000 morts, avec 3 705 personnes décédées, ce qui représentait une baisse de 8,6% par rapport à 2012, et moins de 11 000 blessés graves, en baisse de 6,7%.

Lire aussi : Quelles sont les routes les plus meurtrières de Casablanca ?

Les chiffres ont été donnés à l’occasion de la conférence de presse du Comité national de prévention des accidents de la circulation (CNPAC). L’organisme a présenté son plan d’action pour 2015. Cette année, il va centrer ses actions de prévention sur les piétons, les cyclistes et deux roues motorisés. Le CNPAC a expliqué qu’il allait continuer à diffuser des spots de sensibilisation dédiés aux jeunes sur les chaînes de télévision mais qu’il allait encore plus accentuer sa coopération avec les médias. Il compte, entre autres, former des journalistes spécialisés dans le domaine de la sécurité routière. Aussi, le plan comprend un projet intitulé « école sécurisée » pour aménager l’environnement des établissements scolaires et ainsi éviter les accidents aux alentours, et un programme de formation des moniteurs des auto-écoles à la sécurité routière. 

Une nouvelle agence ?

Mohamed Najib Boulif a annoncé vouloir étendre les compétences du CNPAC. Un projet de loi visant à transformer le CNPAC en Agence nationale de prévention des accidents de la circulation a été déposé au Secrétariat général du gouvernement. Cet organisme sera chargé de fédérer l’ensemble des actions menées en faveur de la sécurité routière. L’agence veillera, entre autres, à la supervision des centres d’immatriculation, des auto-écoles et des centres de visite technique, à la validation des véhicules, et au contrôle du respect par les transporteurs de la règlementation en vigueur.

Le même jour, interrogé au parlement, le ministre de l’Équipement et du transport Abdelaziz Rabbah a annoncé que le taux de mortalité sur les autoroutes avait baissé de 20% en 2014, précisant que la sécurité routière y était ainsi supérieure à celles des autres routes.

article suivant

Sahara : le Maroc doit-il être rassuré par les propos de la team Biden ?