Médias

La revue du web #13: une plainte contre Daoudia? Pas si sûr

La revue du web #13: une plainte contre Daoudia? Pas si sûr
janvier 28
12:02 2015
Partager

Le roi Abdallah, un féministe discret selon Lagarde, comment s'en sortir lorsqu'on mange avec les tolbas, un épisode spécial islam sur Le Petit Journal et un drap qui vous réveille doucement. Bienvenue dans la 13e revue du web.

Une plainte contre Daoudia ? Pas si sûr

Plusieurs médias ont relayé l'information cette semaine : la chanteuse Zina Daoudia fait l'objet d'une plainte pour « incitation à la débauche », son dernier morceau Aatini Saki (« donne-moi mon sac ») ayant provoqué « plusieurs dizaines de citoyens » selon le portail féminin Femmes du Maroc. Pas si sûr, puisque la manager de l'artiste nie que la chanteuse populaire soit l'objet d'une plainte. « Au jour d'aujourd'hui, il n'y a eu aucune plainte à l'encontre de l'artiste », assure la manager de la chanteuse, et de rajouter : « On ne peut pas porter plainte contre tout ce qui nous déplaît, sinon tout le monde porterait plainte contre tout le monde ! ».

La chanson, qui passe en boucle sur les ondes marocaines, connaît un grand succès. Elle a atteint les 3 millions de vues sur YouTube en une vingtaine de jours. Un hashtag #JeSuisDaoudia est même apparu sur le web afin de la soutenir. A la rédaction, nous exigeons qu'on rende son sac à Daoudia, qu'elle aille « mettre les hommes dans tous leurs états dans la rue », toujours selon le texte de la chanson.

Le roi Abdallah, ce fervent défenseur des femmes

https://www.youtube.com/watch?v=3KKazpq9qkA

Mais quelle mouche a donc piqué Christine Lagarde ? La directrice générale du Fonds monétaire international s’est exprimée au lendemain du décès du roi d’Arabie saoudite en ces mots :

De façon très discrète, il était un ardent défenseur des femmes.

Des propos qui ont amusé, voire scandalisé les internautes, suscitant moqueries et ironie. L’humoriste française d’origine marocaine Sophia Aram y a même consacré une chronique sur France Inter lundi 26 janvier. L’animatrice radio, vêtue d’une burqa et usant d’un accent arabe a vanté le « féminisme discret » du roi défunt non sans ironie, rappelant toutes les inégalités dont souffrent les femmes en Arabie saoudite. « De discrétion en discrétion, dans un ou deux millénaires peut-être qu'en Arabie Saoudite les femmes obtiendront les mêmes droits que les hommes », conclut-t-elle, avant d’enlever sa burqa et de rappeler que le blogueur Raïf Badaoui est toujours en prison, condamné à dix ans de prison et 1 000 coups de fouet pour avoir défendu la laïcité.

Manger avec les tolbas. Comment s'en sortir ?

tolbaC’est le fou rire de la semaine. Le blogueur marocain Floating Boat amuse la toile en publiant la très sérieuse étude Manger avec les tolbas pour les nuls. Si vous avez déjà assisté à des funérailles ou à un baptême, vous avez déjà subi le traumatisme du poulet qui s’évapore en quelques secondes ou du couscous qui disparaît comme par magie le temps de faire la bise à votre cousin qui vient d’arriver. C’est pour cela que notre grand analyste a décidé de nous éviter ce mal, une fois pour toutes, en nous proposant le tutoriel parfait, de l’entrée au dessert, pour arriver à se dégoter quelques bouchées avec des compagnons de table qu’il compare avec humour à « des divinités hindoues à plusieurs mains ». Floating Boat n’y va pas de main morte, à coup de graphes, de schémas analytiques et de dessins, il nous explique comment bien choisir sa place pour ne pas se laisser faire ou encore comment occuper le plus d’espace et se garantir un bout de pain face à des tolbas prêts à vider le plat en moins d’une !

A lire sur A Floating Boat

Le Petit Journal spécial islam

1306353-yann-bLe Petit Journal, émission phare de Canal+ animée par Yann Barthès, a diffusé un épisode spécial islam le 26 janvier dernier. Le but ? Combattre les amalgames entre islam et radicalisation et l'abus fait « par des politiciens ou des idéologues » en usant de ces termes, selon Malek Chebel, anthropologue des religions algérien présent sur le plateau de l'émission. L'émission, explique avec simplicité et parfois humour les bases de l'islam. « L'islam était plus progressiste avant, et les arabes aussi », rappelle l'anthropologue interrogé par Yann Barthès.

Visionner l'épisode sur Canal+

Le dessin de la semaine

Luna, le drap qui vous réveille doucement

648x415_drap-housse-inteligent-lunaBrosse à dents, montres, vêtements… tout sera bientôt connecté. Et vos draps ne vont pas y échapper. Une start-up américaine met sur le marché Luna, un drap connecté (et lavable en machine s’il vous plaît !) qui mesure le rythme de votre respiration, température, mouvements de votre sommeil afin d’en améliorer la qualité. Encore mieux, Luna promet de vous réveiller tout en douceur : il détecte une phase de sommeil léger grâce à ses capteurs, proche de l’heure de votre réveil et en profite pour entonner la sonnette d’alarme sur votre smartphone. Encore mieux, Luna peut se connecter à la serrure de votre maison afin de la fermer une fois dans votre lit, à votre machine à café pour réchauffer le café une fois réveillé. Magique, non ?

A lire sur 20 Minutes

Je suis fils de terroriste mais je ne suis pas mon père

Dans son livre, Zak Ebrahim raconte comment, éduqué dans le fanatisme religieux et la haine envers autrui, il a fini par prôner la tolérance et s’engager contre le terrorisme. Son père a participé à l'attentat du World Trade Center en 1993, faisant 6 morts et un millier de blessés. Depuis ces faits, Zak Ebrahim a subi les regards des écoliers, les menaces de mort et l’exclusion. Il avait 7 ans quand son père a commis les faits. Celui qui changera de nom et déménagera une vingtaine de fois en l’espace de 10 ans raconte comment il est passé du repli sur soi à ce qu’il est maintenant : un conférencier qui participe activement à combattre le terrorisme, en partageant son expérience et en inspirant d’autres personnes. « J'ai voulu montrer que la violence n'était pas un héritage religieux ou racial et qu'un fils n'était pas obligé de suivre les traces de son père. Je ne suis pas mon père », explique-t-il dans son livre.

A lire sur Le Figaro

Tags
Partager

Lire aussi

  • Sara Kaddouri

    belle revue !

Nous suivre

Retrouvez le meilleur de notre communauté

facebook twitter youtube instagram rss