Maroc

Lahcen Daoudi veut davantage de bacheliers scientifiques

Lahcen Daoudi, Crédit : DR
Lahcen Daoudi veut davantage de bacheliers scientifiques
octobre 16
13:55 2014
Partager

Le ministre de l’Enseignement supérieur Lahcen Daoudi souhaite une nouvelle fois voir davantage de bacheliers scientifiques dans l’enseignement. C'est « l'un des moyens-clés pour lutter contre le chômage » selon lui.

Le ministre de l’Enseignement supérieur Lahcen Daoudi, qui s’était déjà prononcé en faveur de la valorisation de la filière scientifique a de nouveau déclaré que le Maroc a « besoin de plus de formations scientifiques ». Selon nos confrères de Médias 24, le ministre a précisé que le nombre de bacheliers en sciences et mathématiques a connu une baisse de 2 % lors du dernier examen, contre une hausse de 9 % de bacheliers en lettres.

Lire aussi : Les lycéens marocains abordent leur avenir mal orientés

S'il impute cette tendance à la mauvaise organisation dans le primaire et le secondaire, il explique également qu'« aucune économie ne peut absorber de telles tendances », liant l'enjeu de l'orientation à celui de l'emploi : « Nous devons donner aux mathématiques leur véritable place dans l’enseignement. Inverser la tendance sera l’un des moyens-clés d’améliorer l’emploi et lutter contre le chômage ».

Lire aussi : Éducation : bacheliers prêts à l’emploi

Tags
Partager

Lire aussi

  • Il faudrait avoir le courage de faire le ménage au sein des centres de décision:trop de "mentalités figées" occupent encore les postes clés dans le MEN;trop de pourriture y subsite.Le recrutement des enseignants est encore scandaleusement fonction de bas calculs financiers et le trafic d'influence bat son plein. On recrute sur coup de
    téléphone,recommandation et autre présélection à la base de moyennes gonflées par le cours payant et ce sont les médiocres ,voire les tricheurs et les nuls qui passent.Nous avons des licenciés en matières scientifiques que personne ne veut embaucher alors que la plupart d'entre eux sont solicités par les riches pour en aide à leurs enfants.
    On continue de payer aussi et encore le prix de la politique non moins calculatrice du cycle spécial où la crruption avait privilégié des fripons du premier cycle ,déjà rachetés aux sorties du CPR années après années avec des 7/20 de moyenne .Mr le ministre devrait se souvenir ,d'autre part,du problème de la langue d'enseignement .
    Quant aux programmes ...mieux vaut ne pas en parler.

    • msud

      On pourrait même ajouter à ce, les tendances culturelles générales régissant nos populations qui sont empreintes d'aspect plus littéraire que scientifique.
      Certes, les qualités de notre système éducatif dont l'orientation des jeunes lycéens, en sont concernées, mais notre société, s'est voulue, aussi, être figée et statique dans les temps et espace durant une bonne partie de son histoire!

      Il faudrait être, à mon avis, suffisamment armé de penseurs et d'érudits en cette matière si l'on voudrait s'améliorer et bien se démarquer ! on a l'impression que notre société est faite pour ne produire ces hommes que pour les envoyer exercer dans d'autres pays. on est donc transformé à un simple vivier de ressources humaines qualifiées susceptibles d'être exploitées hors de notre royaume;
      C'est de la vision à revoir!

Nous suivre

Retrouvez le meilleur de notre communauté

facebook twitter youtube instagram rss