Ces leaders qui nous manquent: Abdelkrim Khatib, un cœur africain

DR

Ces leaders qui nous manquent: Abdelkrim Khatib, un cœur africain

Il est le premier homme politique à avoir occupé un ministère chargé des Affaires africaines. Sa mission : contribuer à la libération de tous les pays africains, en se faisant assister par le grand avocat Jacques Vergès.

Par , et

Le destin du Maroc est intimement lié à celui des autres pays du continent. Il ne s’agit pas, là, de l’habituel discours de soft-power en direction de l’Afrique, mais plutôt d’une politique que le Maroc a prônée dès son indépendance. Une politique incarnée par Abdelkrim Khatib, résistant sous le protectorat et premier président de la Chambre des représentants. En 1961, ce chirurgien très proche de la monarchie s’est vu confier les rênes du tout premier ministère des Affaires africaines.

Pendant cette période, le gouvernement marocain avait prêté main forte à tous les mouvements de libération en Afrique. J’avais personnellement représenté le Maroc à la conférence de New Delhi, qui était présidée par Jawaherlal Nehru, pour débattre des problèmes des colonies portugaises en Afrique et ailleurs”, écrit Abdelkrim Khatib dans ses mémoires, qui n’ont jamais été publiées et dont sa fille, Hind, nous a transmis une copie. Le Maroc ayant arraché son indépendance, il fallait qu’il en soit de même pour tous les pays africains, disait-il.

L’ami Mandela

Et son engagement ne se résumait pas à des slogans, mais à...

L’accés à l’intégralité de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous à partir de 10DH Déjà abonné ? Identifiez-vous
article suivant

Casablanca Finance City : clap de fin pour le régime fiscal préférentiel