Maroc-UE: Avec une série de réunions, la Commission parlementaire mixte veut renforcer le dialogue

La Commission parlementaire mixte Maroc-Union européenne a tenu du 31 mai au 3 juin à Bruxelles, une série de réunions au Parlement européen avec des parlementaires européens appartenant à différents groupes et commissions.

Par

AFP

Un marathon de rencontres entre le Maroc et l’Union européenne à Bruxelles. Ces réunions visent à approfondir les consultations et les discussions avec la partie européenne et à faire face aux manœuvres contre l’intégrité territoriale du Royaume et qui affectent le partenariat distingué liant le Maroc et l’Union européenne, basé sur le respect mutuel et le respect de tous les traités internationaux, ainsi que les accords conclus dans le cadre du statut avancé, indique la Commission dans un communiqué.

Lors de ces réunions, les membres de la Commission parlementaire mixte Maroc-UE ont eu des entretiens avec des parlementaires notamment des présidents de groupes, de groupements et de commissions, précise le communiqué.

D’un autre côté, les deux parties ont exprimé la volonté commune de poursuivre le dialogue euro-marocain et de trouver des solutions consultatives aux défis auxquels elles sont confrontées en saisissant toutes les opportunités de coopération pour atteindre une sécurité durable et une prospérité partagée.

à lire aussi

Selon la même source, la délégation de la Commission parlementaire mixte Maroc-UE a appelé à la consolidation et l’appui du processus de construction euro-marocaine à travers une approche afin d’établir des liens plus forts à même de favoriser un développement.

Le communiqué souligne également la nécessité de considérer le partenariat maroco-européen, dans le cadre d’une approche participative et préventive afin de faire face à tous les risques qui menacent la région euro-méditerranéenne.

La délégation parlementaire marocaine pourra à travers ces rencontres sensibiliser les députés européens sur la démarche d’un groupe de députés « Les Verts » et des partisans de la thèse séparatiste du Polisario.

Les discussions visaient à conscientiser ces groupes suite à la présentation d’un amendement sur « les territoires occupés et les territoires non autonomes » dans le but de créer une confusion entre les territoires palestiniens occupés et la question du Sahara, ainsi qu’une proposition de recommandation urgente sur la liberté de la presse au Maroc.

La délégation parlementaire est composée de Hicham Ait Mana, Zeina Chahim (Groupe RNI) et d’Abdelmajid Fassi Fihri (Groupe Istiqlalien de l’unité et l’égalitarisme).

(Avec MAP)