Paolo Sorrentino à Marrakech : “J'en ai fini avec les personnalités politiques dans mes films”

C’est l’une des icônes du cinéma italien. Réalisateur oscarisé, scénariste et écrivain, Paolo Sorrentino a bien voulu partager avec TelQuel ses impressions de président du jury de la 19e édition du Festival international du film de Marrakech. Mais aussi sa vision du cinéma et de la vie ou encore son rapport, si particulier, au catholicisme et à la politique.

Par

Paolo Sorrentino à Marrakech, le vendredi 25 novembre Crédit: Yassine Toumi/TelQuel

Ca vous dérange si je bois ?… ”. Il est midi à Marrakech. Cheveux en bataille et look désinvolte agrémenté d’une fine boucle noire à l’oreille gauche, le chef de file du cinéma italien, Paolo Sorrentino, est assis, cigare au bec, dans le salon de thé Le Menzeh, à La Mamounia, vendredi 18 novembre. Paupières lourdes et regard au loin, le réalisateur napolitain de 52 ans ressemble étrangement aux personnages solitaires et détachés du monde qu’il raconte dans ses films. Comme eux, il ne chôme jamais. Il était en pleine préparation de l’un de ses prochains projets, Mob Girl, un long-métrange dans lequel l’actrice américaine Jennifer Lawrence devrait jouer les intermédiaires entre le FBI et la mafia, quand il a été appelé…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés