Gazoduc Nigeria-Maroc : Mohammed VI veut dissiper les doutes

A l'occasion du 47e anniversaire de la Marche Verte, le roi Mohammed VI a délivré un satisfécit sur l’état d’avancement du gazoduc Nigeria-Maroc. Une manière pour le souverain de confirmer l’attachement du royaume à un projet que certains considèrent comme un serpent de mer.

Par

Si les défis pour concrétiser le GNM sont immenses, le roi semble parier sur l’avenir: “Destiné aux générations présentes et futures, le projet œuvre en faveur de la paix, de l’intégration économique du continent africain et de son développement commun”. Crédit: MAP

Pour atteindre le Maroc, le premier mètre cube de gaz devra parcourir 5600 kilomètres et traverser les eaux territoriales de 13 pays d’Afrique avant d’alimenter l’Espagne et l’Europe. Des chiffres qui permettent de comprendre le défi technique et stratégique du mégaprojet de gazoduc Nigeria-Maroc (GNM), désormais assuré d’un soutien royal. Dans le discours qu’il a prononcé le 6 novembre, à l’occasion du 47e anniversaire de la Marche Verte, le roi Mohammed VI s’est réjoui “de constater l’état présent d’avancement de ce grand projet”. Un projet qui avait été lancé en décembre 2016, en marge d’une visite royale à Abuja, par le fonds souverain marocain Ithmar Capital et la Nigeria Sovereign Investment Authority (NSIA).

Un projet stratégique pour 440 millions de personnes

Bilatéral à l’origine, le GNM est devenu “plus largement un projet stratégique profitable à…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés