La rentrée du Boualem : le foot, la Tunisie, et la tentation de mettre les voiles

Par Réda Allali

Bienvenue les amis dans cette nouvelle saison des aventures trépidantes de Zakaria Boualem, tentative de classe moyenne avortée dans un pays du Tiers-monde. Il est toujours là, le bougre, à partager ses états d’âme sans complexe, errant tel le gnou dans les ténèbres de son environnement chaotique pour tenter de s’y frayer un chemin, à grands coups d’analyses douteuses et d’interrogations vaines. Il vous souhaite une rentrée honorable, avec la douloureuse certitude que ce n’est pas un projet facile. Pour une bonne partie d’entre nous, règne la menace épouvantable de la ruine. Ce n’est pas un concept économique abscons, loin de là. Le Guercifi a l’impression que tout a augmenté, sauf ses émoluments. Il se sent cerné, le pauvre, sommé de passer à la caisse à longueur de journée pour des services fantômes, livré à la machine capitaliste sans la moindre structure charitable pour le protéger. Quant à ceux qui auraient eu l’étrange idée de se mettre à procréer avec abondance, on se demande comment ils font, les malheureux, pour régler chaque mois aux établissements privés les sommes prodigieuses qu’ils…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés