Maroc–Colombie : la méthode Loudaya pour défendre la marocanité du Sahara

Avant le 4 août dernier, la relation entre Rabat et Bogota répondait à tous les critères d’un partenariat win-win en devenir. L’arrivée de Gustavo Petro au pouvoir a marqué un coup d’arrêt à ce rapprochement, après que ce dernier a décidé d’inaugurer son mandat par la réactivation de la reconnaissance de la RASD. Les détails avec Farida Loudaya, ambassadrice du Maroc en Colombie.

Par

L'ambassadrice du Maroc en Colombie, Farida Loudaya, lors de la présentation de ses lettres de créance au président Juan Manuel Santos Calderón, en février 2017. C’est la période où les rapports entre Rabat et Bogota se réchauffent. Crédit: AFP

Jamais les relations avec la Colombie n’avaient été aussi importantes que depuis ces dernières années. Nous étions arrivés à une relation optimum et avions réussi à faire du Maroc, le partenaire stratégique de la Colombie en Afrique”, regrette Farida Loudaya, ambassadrice du Maroc en Colombie et en Equateur. Mais ça, c’était avant que la réactivation de la reconnaissance de la pseudo-RASD, décidée le 7 août dernier par le nouveau président colombien Gustavo Petro, quatre jours seulement après son investiture, ne sonne le glas du partenariat entre Rabat et Bogota. Un partenariat qui avait débuté en 2018 sous la présidence d’Ivan Duque, et qui a culminé une…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés