Feux de forêt : le pire peut encore survenir 

Les pires incendies de l’histoire récente du Maroc ont embrasé les forêts des régions montagneuses du nord du pays. Ils ont vidé des villages entiers de leurs habitants, transformé en cendres des milliers d’hectares d’espaces forestiers.

Par

Les 9 millions d’hectares de forêts du royaume restent sous la menace d’un risque exceptionnellement élevé d’incendie pendant cette période estivale. Crédit: FADEL SENNA / AFP

On pense que le feu est parti de là”, indique Fouad Assali, directeur du Centre de gestion des risques climatiques forestiers (CRCF), en désignant sur une carte maculée de rouge le centre de conservation et de développement des ressources forestières d’Ikaouen, dans la province d’Al Hoceïma. La veille de l’Aïd Al Adha, samedi 9 juillet, les flammes ont gravi la pente herbeuse de ce massif forestier du Rif pour engloutir en quelques minutes les haies de cèdres et de chênes-lièges qui l’entourent. Depuis, tout au long des deux semaines qui ont suivi ce premier incendie, les services de secours n’ont cessé d’annoncer de nouveaux départs de feu dans diverses provinces. Dans les provinces de Taza, Ouezzane, Tétouan, Larache, Al Hoceïma, Taounate et Chefchaouen, plus de 10.200 hectares sont partis en fumée en l’espace de quelques…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés