[TRIBUNE] Gouvernement : pour éviter l’impasse politique

Pour Mohammed Benmoussa, le gouvernement de Aziz Akhannouch se dirige droit vers la tempête “par myopie ou intérêt”. L’Éxécutif doit corriger son cap en urgence, estime l’économiste.

Par

Le gouvernement Akhannouch est "tétanisé par l'ampleur des enjeux endogènes et des menaces exogènes au pays", critique Mohammed Benmoussa. Crédit: Rachid Tniouni / TelQuel

C’est une démence d’appeler la tempête quand on est dans le calme, comme il est de la sagesse de faire tête à l’orage quand il arrive.” C’est ainsi que le philosophe romain Cicéron définissait il y a plus de deux millénaires le sens de la responsabilité politique. Mais comment qualifier alors le politique qui refuse par myopie ou intérêt de voir la tempête arriver ?

Mohammed Benmoussa, vice-président du Mouvement Damir.Crédit: Yassine Toumi / TelQuel
À quelques jours de la clôture de la session parlementaire et à l’approche du bilan de la première année de l’Exécutif, il est nécessaire d’établir un état des lieux lucide de la situation politique, économique et sociale de notre pays. Pour filer la métaphore de Cicéron, nous devons savoir si nous sommes face à une tempête ou une accalmie. Un exercice d’évaluation salutaire dans toute démocratie car il permet d’éviter de…
Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés