Interview exclusive : Chakib Benmoussa nous dit tout sur la réforme de l’Éducation

Pédagogue, le ministre de l’Éducation nationale nous a expliqué la philosophie de la future réforme de l’enseignement. En bon matheux, il l’a aussi chiffrée en termes de résultats escomptés. Sans littérature, avec des objectifs précis.

Par et

Mohammed VI a nommé un haut commis de l’État pour mener la réforme de l’enseignement car il y a urgence. L’éducation est à la dérive et les différents plans mis en place pour la sauver ont tous échoué. Ce n’est pas faute de moyens : des milliards ont été engloutis, notamment dans un Plan d’urgence de 2008 aux allures de gabegie. Si échec il y a eu, c’est à cause du manque d’adhésion de tous les acteurs que l’on ne consultait jamais. Le ministère édictait des solutions depuis Rabat sans tenir compte des réalités aussi diverses que variées que vivent les élèves, les professeurs, les directeurs d’établissement, etc. Le haut de la pyramide édictait des solutions que les échelons inférieurs devaient appliquer tant bien que mal. Que l’on soit à Casablanca, Rabat, ou dans ce Maroc excentré…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés