Tourisme : le test PCR, un désavantage du Maroc face aux autres destinations

À l’entrée et à la sortie de son territoire, le Maroc réclame encore un test PCR négatif aux voyageurs, même lorsqu’ils sont vaccinés. Une formalité qui rebute les touristes étrangers et impacte par ricochet un secteur du tourisme qui pèse 12 % du PIB du royaume.

Par

Le Covid a imposé de nouvelles habitudes de voyage pour les touristes nationaux.. Crédit: AFP

PCR. Un acronyme de trois lettres qui fait pourtant perdre à la destination Maroc d’importantes parts dans le marché ultra-concurrentiel du tourisme mondial post-Covid-19. Accueillie au soulagement général, la réouverture des frontières le 7 février dernier, deux mois après une fermeture justifiée par la vague Omicron, a créé un appel du grand air. En même temps, cette débunkérisation du royaume a boosté la reprise du trafic aérien, même si les conditions d’accès au territoire marocain poussent parfois certains touristes étrangers à bouder le Maroc au profit d’autres destinations considérées comme plus “clémentes”.

Un lourd protocole…

En amont de sa décision d’ouvrir à nouveau les frontières du Maroc, le gouvernement Akhannouch avait émis une série de six mesures sanitaires applicables à ceux qui se pressaient pour séjourner ou retourner dans le royaume. Parmi…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés