Fouzi Mourji : “Nous sommes un pays price taker, non pas price maker’’

Dans un contexte de hausse de prix des produits alimentaires et pétroliers, le taux d’inflation annuel au Maroc a augmenté de 3,1% en janvier 2022 par rapport à janvier 2021. Le Scan, le podcast d’actualité de TelQuel, a interrogé, Fouzi Mourji, professeur d’économétrie à l’Université Hassan II de Casablanca.

Par

ATTILA KISBENEDEK / AFP

Doit-on s’inquiéter de la hausse des prix ?

Fouzi Mourji
L’indice global a augmenté de 3,13% en janvier 2022, mais pas l’indice des produits réglementés : ceux qui concernent les catégories sociales les moins aisées n’ont augmenté que de 0,26%, c’est-à-dire dans les taux usuellement observés. Les carburants ont augmenté de 18%, c’est peut-être là où il y a un risque. Cela induit à un accroissement des prix de transport, et donc à contaminer les offres produits. Puisque le transport de ces produits (agricoles, par exemple) augmente, même si l’agriculteur ne touche pas plus d’argent pour acheminer la production au consommateur, le transport va entraîner une hausse des prix.

à lire aussi

Quelles solutions si l’inflation augmente sous l’effet de la crise,…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés