Rachid Moussadek, contributeur du rapport du GIEC : “Il faut alarmer les pouvoirs publics sur le réchauffement climatique”

Chercheur au Centre international pour la recherche agricole dans les zones arides (ICARDA) et à l'Institut National de la Recherche Agronomique (INRA), Rachid Moussadek a contribué au rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), rendu public le 28 février. Il revient sur les conséquences alarmantes du réchauffement climatique pour le Maroc.

Par

Rachid Moussadek, lors d'un séminaire de l'INRA. Crédit: DR

TelQuel : Comment avez-vous accueilli ce nouveau rapport du GIEC auquel vous avez contribué ?

Rachid Moussadek : Ce nouveau rapport ne fait en réalité que consolider le constat fait par les précédents. Grâce à plus de données, il nous permet de répéter que ce problème du climat est un fléau. Il envoie un message clair aux pouvoirs publics : c’est un challenge très sérieux qui exige des réponses urgentes ! Si nous voulons respecter les Accords de Paris, il faut agir maintenant. Personnellement, j’ai travaillé sur le continent africain, car j’ai de l’expérience sur la région.

Comment l’Afrique du Nord est-elle touchée par ce dérèglement climatique ?

L’Afrique du Nord, dont le Maroc, est un cas typique sur les enjeux de la sécurité alimentaire. Le réchauffement climatique rend plus fréquents…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés