Pass vaccinal : Ouahbi vs robes noires, round 2

Les avocats du Maroc ont engagé un nouveau bras de fer avec le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, en raison de l’imposition du pass vaccinal à l’entrée des tribunaux. Nouvelle restriction des libertés fondamentales ou caprice des robes noires ? Décryptage.

Par

Le ministre de la Justice et secrétaire général du PAM, Abdellatif Ouahbi. Crédit: Rachid Tniouni / TelQuel

C’est un début de mandat particulièrement bouillonnant pour le nouveau ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi. Après une série de polémiques ayant miné les premières semaines de la législature, le vacataire de la place Mamounia fait face, depuis le 20 décembre, à une fronde générale de la corporation des avocats — à laquelle il appartenait pourtant jusqu’à sa nomination au gouvernement en octobre dernier —, ainsi que des fonctionnaires des différents tribunaux du royaume. La raison ? Une circulaire conjointe datée du 10 décembre, émanant de son département, du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ) et de la présidence du Ministère public, qui impose la présentation d’un pass vaccinal valide comme condition d’entrée dans les tribunaux. Mise en application le lundi 20 décembre, la décision concerne avocats, fonctionnaires et justiciables, sans exception.

à lire aussi

La circulaire a été vivement dénoncée…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés