Mustapha Sehimi : “Le NMD n’est pas un menu fixe avec un plat du jour”

Par Mustapha Sehimi

Le nouveau gouvernement est dans l’obligation de 
se référer, aujourd’hui et demain, au Nouveau modèle de développement. Il est trop tôt pour lui faire grief de s’en éloigner, estime le politologue et professeur de droit Mustapha Sehimi.

Dans une contribution publiée par la dernière livraison de TelQuel, l’économiste Mohamed Benmoussa, ancien membre de la commission dédiée au nouveau Modèle de développement, pose le problème du “choc de légitimités” entre le programme actuel du gouvernement Akhannouch et le NMD – c’est d’ailleurs sa troisième réaction médiatique… Il redoute ce qu’il appelle le risque de “déconstruction” du rapport de cette institution. Un débat de principe qui mérite que l’on s’y arrête. Et tout d’abord, cette interrogation : les deux légitimités auxquelles il fait référence sont-elles de même nature ? Fortement discutable. La première, celle de l’Exécutif, provient des urnes. C’est en effet un processus électoral qui a donné des résultats : les trois premiers partis (RNI, PAM, PI) ont décidé de former une majorité. Celle-ci est plus que confortable avec pas moins…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés