Taoufik Laâbi : “Le Maroc a pleinement assuré son indépendance vis-à-vis du gaz algérien”

Le 31 octobre, le président algérien Abdelmadjid Tebboune a ordonné le non-renouvellement du contrat du Gazoduc Maghreb-Europe (GME), qui alimente l’Espagne via le Maroc. Ce gaz assurait 10 % de la production électrique nationale. Quel impact a cette décision sur le royaume, et quelles sont les alternatives ? Décryptage avec Taoufik Laâbi, consultant en énergie et ancien directeur de la stratégie et de la planification à l’ONEE.

Par

L’Algérie a décidé de ne pas renouveler le contrat du Gazoduc Maghreb-Europe (GME) qui alimente l’Espagne via le Maroc. Quelles en seront les conséquences ?

Taoufik Laâbi.
Ce gazoduc a initialement été construit pour permettre au gaz algérien d’arriver en Europe à travers le Maroc, dans des conditions de sécurité optimale. Il s’agit là d’un formidable outil de coopération gagnant-gagnant pour les trois pays. Forcément, l’arrêt du GME va impacter les trois parties prenantes, même si l’impact se ressentira à des degrés divers. Si on se place à court terme, les pertes seront beaucoup plus significatives pour la partie espagnole, du fait que la capacité…
Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés