Taoufik Laâbi : “Le Maroc a pleinement assuré son indépendance vis-à-vis du gaz algérien”

Le 31 octobre, le président algérien Abdelmadjid Tebboune a ordonné le non-renouvellement du contrat du Gazoduc Maghreb-Europe (GME), qui alimente l’Espagne via le Maroc. Ce gaz assurait 10 % de la production électrique nationale. Quel impact a cette décision sur le royaume, et quelles sont les alternatives ? Décryptage avec Taoufik Laâbi, consultant en énergie et ancien directeur de la stratégie et de la planification à l’ONEE.

Par

L’Algérie a décidé de ne pas renouveler le contrat du Gazoduc Maghreb-Europe (GME) qui alimente l’Espagne via le Maroc. Quelles en seront les conséquences ?

Taoufik Laâbi.
Ce gazoduc a initialement été construit pour permettre au gaz algérien d’arriver en Europe à travers le Maroc, dans des conditions de sécurité optimale. Il s’agit là d’un formidable outil de coopération gagnant-gagnant pour les trois pays. Forcément, l’arrêt du GME va impacter les trois parties prenantes, même si l’impact se ressentira à des degrés divers. Si on se place à court terme, les pertes seront beaucoup plus significatives pour la partie espagnole, du fait que la capacité…
article suivant

Pour son premier grand oral face aux députés, Akhannouch assume des réformes “injustes” mais “essentielles”