Imane Feriani, l’art ou la vie

Artiste autodidacte, Imane Feriani évolue au rythme de son art, avec lequel elle ne fait qu’un.

Par

L'artiste peintre Imane Feriani. Crédit: DR

Casablancaise de naissance, Imane Feriani opte après le baccalauréat pour des études de management, avec l’envie dévorante de très vite se lancer dans l’entrepreneuriat, en quête d’action. Mais elle revient vite sur cette ambition, réalisant que la vie de bureau, d’écran d’ordinateur ou pire de réunionite aiguë est à l’opposé de ce à quoi elle aspire. En sautant la case apprentissage ou école, elle se jette à bras-le-corps dans sa première passion : l’art. Rencontre avec une artiste habitée par la création et l’inspiration.

TelQuel : Où et comment trouve-t-on le courage de quitter le monde de l’entrepreneuriat pour l’éventuelle insécurité de l’art ?

Imane Feriani : À vrai dire, la conversion que vous évoquez ne s’est pas opérée de manière aussi brutale. J’assumais mes responsabilités professionnelles tout en exerçant naturellement ma passion. J’ai même pu exposer à quatre reprises entre 2012 et 2016. Par la suite, je me suis installée en Belgique pendant deux années et, avec la naissance de mes deux filles, j’ai voulu…

article suivant

Pfizer et J&J travaillent, comme Moderna, sur une version du vaccin anti-Covid contre Omicron