Au large de Dakhla, l’israélien Ratio Petroleum Energy cherche du pétrole et du gaz

Grâce à un accord avec l’Office national des hydrocarbures (ONHYM), la société israélienne Ratio Petroleum Energy a décroché, au travers d’une de ses filiales, une licence d’exploration pétrolière et gazière sur le bloc Dakhla Atlantique.

Par

Crédits / DR

Si les recherches sont concluantes, elles pourraient conduire à la phase d’exploitation de gisements offshores. Mais pour l’heure, Ratio Gibraltar a décroché un accord lui octroyant les droits exclusifs de prospection de pétrole et de gaz offshore. Filiale de la société israélienne Ratio Petroleum Energy, cette dernière devrait déployer ses travaux de recherche sur une superficie totale de 109.000 km2 dans la région de Dakhla, rapporte la presse israélienne.

Selon la même source, Ratio Petroleum Energy indique avoir signé, fin septembre, un accord avec l’Office national des hydrocarbures (ONHYM), avant que l’information ne soit confirmée à la mi-octobre. Selon les termes de cet accord, Ratio Gibraltar a l’exclusivité pour sonder, jusqu’à 3000 mètres de profondeur, la présence de pétrole et de gaz sur le littoral atlantique marocain.

Une redevance de 7 % pour le Maroc sur le pétrole

Sur la base des résultats de la prospection, l’accord entre Ratio Petroleum et l’ONHYM prévoit la signature d’une entente de recherche et de production de gaz et de pétrole. Il détaille également les conditions d’octroi de licences d’exploitation et de production d’hydrocarbures dans ces gisements offshores.

Si la découverte est confirmée, le Maroc pourrait toucher une redevance de 7 % sur le pétrole découvert à plus de 200 mètres sous les eaux avec une production de plus de 500.000 tonnes. Ce taux se situerait à 3,5 % pour le gaz naturel pour une production de plus de 500.000 m3.

à lire aussi

Après les accords d’Abraham, ce nouvel accord sur le pétrole et le gaz renforce les liens entre le Maroc et Israël. Avec la visite prévue de Benny Gantz, le ministre israélien de la Défense, des accords militaires et d’armement sont également attendus. La présence à ses côtés de son collègue de l’Économie, Amir Peretz, laisse présager d’un rapprochement économique renforcé.

Auparavant, la visite en août dernier de Yaïr Lapid, le ministre israélien des Affaires étrangères dans le royaume, avait permis de renforcer la coopération diplomatique avec la signature d’accords dans plusieurs domaines, notamment l’aviation, la coopération politique, la culture, les sports.

article suivant

Dernière minute, réorganisation, blocage… Bis repetita pour les Marocains résidant à l’étranger