Pandora Papers : comment le Maroc lutte-t-il contre l’évasion fiscale ?

Avec les révélations des Pandora Papers sur l’utilisation de sociétés-écran, l’enquête du Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ) pointe des personnalités étrangères et marocaines qui ont eu recours à ce dispositif. Mais que fait le Maroc pour lutter contre l’évasion fiscale ? Éléments de réponse.

Par

Pas moins de 35 chefs d’État et 130 milliardaires ont été épinglés par les Pandora Papers. Crédit: Loic Venance / AFP

La boîte de Pandore paraît sans fond, et la réalité semble avoir dépassé l’allégorie mythologique. Cinq ans après les Panama Papers, le Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ) livre une vaste enquête qui brise le secret des montages financiers via des sociétés-écran : les Pandora Papers. Pas moins de 35 chefs d’État et 130 milliardaires y ont eu recours pour échapper aux impôts, acquérir un bien ou blanchir de l’argent. Pendant deux ans, l’ICIJ a coordonné cette vaste enquête en collaboration avec 600 journalistes de 150 médias, dans 117 pays à travers le monde. Grâce à une source anonyme, ce conglomérat médiatique a épluché 11,9 millions d’archives confidentielles en provenance de 14 cabinets spécialisés dans la création de sociétés offshore dans des paradis fiscaux. Les conclusions de cette…

article suivant

Les 10 commandements de la CGEM pour la mise en oeuvre du nouveau modèle de développement