Rajae Maouane, coprésidente du parti Ecolo en Belgique : “Je déteste l’image froide que le monde politique peut parfois renvoyer”

Ex-députée au parlement bruxellois et de la communauté française en Belgique, Rajae Maouane est depuis deux ans coprésidente de la formation Écologistes confédérés pour l’organisation de luttes originales (Ecolo). Pour Diaspora, elle analyse – non sans humour – les racines de son engagement et le rapport qu’elle entretient à ses origines.

Par

La femme politique belgo-marocaine Rajae Maouane. Crédit: DR

Belgo-Marocaine née à Uccle, Rajae Maouane a vu le jour dans une famille originaire de Tanger – qu’elle qualifie, en toute objectivité, de “plus belle ville du Maroc”. Aujourd’hui, la jeune femme de 32 ans a un rapport “très équilibré” à ses origines, mais cela n’a pas toujours été le cas. Se “cherchant” beaucoup pendant l’adolescence, elle n’était pas forcément à l’aise avec ses racines marocaines.

Désormais, c’est non seulement apaisée mais fière que cette passionnée de football assume ces influences qui la nourrissent : elle nous confie qu’il n’est pas impossible d’entendre, en fond sonore dans son bureau, du raï, du chaâbi ou des grands classiques de la musique arabe comme Oum Kalthoum.

Diaspora : Comment et pourquoi la politique ?

Rajae Maouane : C’est peut-être un peu cliché de dire ça, mais ça s’est fait un peu par hasard. J’ai une fibre militante qui s’est déclenchée très tôt. Quand j’étais jeune, je participais à des manifs, je militais dans des associations, j’étais engagée dans du bénévolat.

Lisez la suite de l’article sur
article suivant

Reprise des vols directs entre le Canada et le Maroc