Izza Génini, une patte nourrie par l’authenticité d’El Gara, de Casablanca et de Paris

Née en 1942 à Casablanca, la réalisatrice Izza Génini a passé une partie de son enfance dans les plaines de la Chaouia, puis s’est installée à Paris, avant de redécouvrir le royaume et de produire de nombreux films sur le riche patrimoine marocain. Un itinéraire fait de “rendez-vous” – elle ne croit pas au hasard –, pour celle qui préfère le surnom de “pionnière” à celui de “marraine” du cinéma national.

Par

La réalisatrice d'origine marocaine Izza Génini. Crédit: DR

J’ai grandi dans un Casablanca complètement ouvert, au sens propre comme au figuré : on vivait avec les portes ouvertes toute la journée, elles ne se fermaient que la nuit au moment de dormir”, témoigne Izza Génini. En se remémorant son enfance, la septuagénaire a le ton nostalgique mais heureux : elle nous raconte la circulation entre les différentes cultures à l’extérieur, laissant à l’intérieur des maisons la part de privé et d’intime des questions sociales et religieuses.

Son souvenir de la Ville blanche est celui d’un espace où les choix de chaque personne étaient respectés. Aujourd’hui, elle ne se sent ni Casablancaise ni Parisienne. “J’aimerais vous parler d’un endroit qui s’appelait camp Boucheron pendant le protectorat et qui maintenant s’appelle El Gara”, nous entraîne-t-elle.

C’est dans ce petit village du terroir, situé à une trentaine de kilomètres à l’ouest de Berrechid, au cœur des plaines de la Chaouia, que la jeune Izza goûte au Maroc rural. C’est là-bas que son père était marchand de céréales et qu’elle dit avoir ses souvenirs enfantins les plus vifs.

Lisez la suite de l’article sur
article suivant

Premiers téléviseurs à intelligence cognitive au monde - Les téléviseurs Sony BRAVIA XR sont désormais disponibles au Maroc