ONU : première initiative conjointe du Maroc, du Bahreïn, d'Israël et des Emirats arabes unis sur le rôle des femmes dans la diplomatie

Le Maroc, le Bahreïn, les Emirats arabes unis et Israël ont soumis au Conseil des droits de l'homme à Genève une déclaration commune sur le rôle des femmes dans la paix et la diplomatie.

Par

Réunion du Conseil des droits de l'Homme de l'ONU. Crédit: AFP

Soutenue par l’Université pour la paix (UPEACE), une institution académique internationale mise en place par l’ONU, et plus de 50 pays, la Déclaration conjointe sur les femmes, la paix et la diplomatie, présentée mercredi dans le cadre de la 48ème session du Conseil des droits de l’homme, réaffirme le rôle fondamental des femmes dans les processus de paix et la prévention des conflits, et appelle tous les États à s’engager résolument à assurer l’implication des femmes dans la diplomatie préventive et la consolidation de la paix.

“L’initiative s’inscrit dans le cadre de la volonté et la nécessité d’œuvrer collectivement et activement pour la construction de la paix et de la sécurité, en plaçant les femmes au cœur de l’action pour la consolidation de la paix et la résolution des conflits”, a affirmé à cette occasion l’ambassadeur représentant permanent du Maroc auprès des Nations Unies à Genève, Omar Zniber.

De son côté, l’ambassadeur Yusuf Abdulkarim Bucheeri, son homologue bahreïni, a souligné que cette déclaration conjointe “véhicule un important message de paix conforme aux valeurs profondément enracinées dans la société bahreïnie”.

L’ambassadeur Meirav Eilon Shahar, représentant permanent d’Israël auprès des Nations Unies à Genève, a indiqué, pour sa part, que cette déclaration conjointe est la première initiative formelle dans le cadre de l’action multilatérale” entre Israël, le Maroc, le Bahreïn, et les Émirats arabes unis – ces trois derniers ayant signé les Accords d’Abraham avec l’Etat hébreu il y a un an – tout en se félicitant que la question importante des femmes dans les processus de paix soit au centre de cette déclaration, qui témoigne de la nouvelle dynamique que nous voulons promouvoir dans notre région et au-delà”.

L’ambassadeur Ahmed Aljarman, représentant permanent des Émirats arabes unis a quant à lui mis en avant, de son côté, le contenu de cette déclaration, soulignant les progrès considérables réalisés par son pays sur les questions des femmes, de la paix et de la sécurité.

à lire aussi

Quant à l’ambassadeur David Fernandez Puyana, Observateur permanent de l’Université pour la paix (UPEACE), il a noté que cette initiative interrégionale innovante est conforme aux objectifs de l’UPEACE qui œuvre pour promouvoir entre tous les êtres humains l’esprit de compréhension, de tolérance et de coexistence pacifique, stimuler la coopération entre les peuples et contribuer à réduire les obstacles et les menaces à la paix et au progrès dans le monde, conformément aux nobles aspirations proclamées dans la Charte des Nations Unies”.

La déclaration conjointe a été prononcée dans le cadre du débat général sur le point 3 relatif à la promotion et protection de tous les droits de l’homme, droits civils, politiques, économiques, sociaux et culturels, y compris le droit au développement.

(avec MAP)

article suivant

Cannabis : les recommandations du CESE à l’épreuve des réalités socio-économiques