Jerada : du soulèvement de la rue au soulèvement par les urnes

Les manifestations du Hirak de Jerada ont attiré l’attention du Maroc en 2018. Depuis, l’ex-capitale du charbon semble s’être résignée. Pourtant, les jeunes membres du mouvement n’ont jamais baissé les bras, jusqu’à réussir à rafler, à la surprise générale, la quasi-totalité des sièges du conseil de la ville aux dernières élections. Reportage dans une ville qui veut croire au changement.

Par

Le 8 septembre dernier, les jeunes participants au Hirak de Jerada ont raflé 27 des 30 sièges du conseil communal sous les couleurs du Parti du progrès et du socialisme (PPS). Crédit: Ahmed Mediany

Ce mardi 14 septembre à Jerada, plus de trois ans après les manifestations de 2018, rien ne semble avoir bougé. Tout au long de la route qui part de la ville vers El Aïoun Sidi Mellouk, les ruines d’anciens bâtiments qui jonchent la chaussée, ainsi que la cheminée de la centrale thermique désaffectée, indiquent que le vent du changement n’est pas près de souffler.

“Nous avons choisi de voter pour les jeunes du mouvement et pour ceux qui leur font confiance”

Un marchand de Jerada
Pourtant, au lendemain des élections communales, le mot “changement” a refait son apparition à Jerada. “Nous avons choisi de voter pour les jeunes du mouvement (du Hirak, ndlr) et pour ceux qui leur font confiance”, nous…
article suivant

Pass vaccinal obligatoire : pourquoi la communauté scientifique est divisée