“The Underground Railroad”, la série qui montre l’esclavage vu de l’intérieur

Avec “The Underground Railroad”, le cinéaste afro-américain Barry Jenkins livre 
un portrait incisif de l’Amérique du temps de l’esclavage.

Par

DR

Etat de Géorgie, moitié du XIXe siècle. L’esclavage est encore pratiqué de manière féroce dans le sud des Etats-Unis. La guerre de Sécession n’a pas encore éclaté. Les négriers se plaisent à faire souffrir leurs esclaves juste pour amuser la galerie. Cora et Caesar sont constamment victimes de ces actes. Ils prennent connaissance d’une route, plus précisément d’un chemin de fer situé au sous-sol, qui permet aux esclaves de s’évader vers d’autres contrées. Ils s’évadent. Commence le périple.

La temporalité de l’esclave

C’est violent. C’est doux. Plus éreintant encore. C’est étouffant. Des œuvres sur l’esclavage, il y en a eu. Mais jamais comme ça. Le réalisateur livre le point de vue de l’esclave. Ses angoisses. Ses fantômes. Ses souvenirs scarifiés comme l’est sa peau. Voilà ce que nous offre le si singulier Barry Jenkins dans cette série composée de dix épisodes, qui durent une heure chacun. Comme dans son film magistral Moonlight,…

article suivant

Décès de la princesse Lalla Malika