Maroc-Algérie, si proches, si loin

Mohammed VI a de nouveau tendu la main à l’Algérie dans son discours du trône prononcé le 31 juillet. Un geste qui intervient près de trois ans après un appel similaire auquel Alger n’avait pas donné de réponse en raison de la rancœur accumulée entre les deux pays. Les deux voisins ennemis gagneraient pourtant beaucoup à fraterniser, comme l’indiquait TelQuel dans ce dossier initialement publié en novembre 2018.

Par et

Je déclare aujourd’hui la disposition du Maroc au dialogue direct et franc avec l’Algérie sœur, afin que soient dépassés les différends conjoncturels et objectifs qui entravent le développement de nos relations.” Le discours du 43e anniversaire de la Marche Verte, prononcé par Mohammed VI le 6 novembre, vise ainsi à tendre la main au voisin algérien, vingt-quatre ans après la fermeture des frontières. Cette initiative royale intervient dans un contexte particulier : la réunion de Genève sur le Sahara qui aura lieu les 5 et 6 décembre. Sous l’égide de l’ONU, le Maroc, l’Algérie, la Mauritanie et le Polisario se retrouveront pour une table ronde après avoir tous accepté l’invitation de l’envoyé…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés