Chakib Alj : “L’administration doit restaurer la confiance et les chefs d’entreprise prendre des risques”

Dans ce premier entretien accordé aux médias après la divulgation du Nouveau modèle de développement (NMD), le président de la CGEM, Chakib Alj, revient en détail sur le rapport de la CSMD, décrit le rôle que doit jouer le secteur privé pour dynamiser l’économie et propose un vade-mecum susceptible de relancer la machine après dix-huit mois de panne sèche.

Par

Chakib Alj, président de la CGEM
Chakib Alj, président de la CGEM, estime que le Maroc a tout le potentiel pour arriver à une croissance de 6%. Crédit: DR

Vous avez déclaré que la CGEM était engagée “totalement” en faveur du NMD. Parmi les objectifs déclinés par la CSMD, quel est celui qui vous paraît prioritaire ?

Tous les chantiers présentés dans le rapport du Nouveau modèle de développement sont prioritaires, que ce soit ceux liés à l’économie, au social ou au rôle de l’État. Le diagnostic posé par la Commission est très clair et le déploiement doit se faire selon une approche holistique et multidimensionnelle, sachant qu’une économie forte et prospère stimule et impacte positivement tous les autres aspects et bénéficie à toute la société.

Êtes-vous confiant que le PIB du Maroc puisse croître à un étiage de 6% par an jusqu’en 2035, alors que depuis 10 ans nous sommes assez…

article suivant

Report des activités prévues à l'occasion de la fête du trône