Halima El Joundi : “Les Marocains doivent être au courant des décisions publiques pour pouvoir demander des comptes”

Trois ans après l’entrée en vigueur de la loi 31.13 relative au droit d’accès à l’information, l’association SimSim Participation citoyenne publie un rapport qui évalue les degrés d’application effective du droit à l’information par les institutions et organismes publics. Halima El Joundi revient sur les principaux constats établis. Décryptage.

Par

Halima El Joundi est la présidente de l’association Simsim Participation citoyenne. Crédit: DR

Intitulée “Mise en œuvre du droit d’accès à l’information au Maroc”, cette étude qualitative et quantitative passe au peigne fin un ensemble de demandes d’informations encore non divulguées par les organismes relevant de l’État. Ministères, institutions constitutionnelles et collectivités territoriales… tout y passe. Interview avec la directrice de l’association, Halima El Joundi, qui revient pour TelQuel sur les principaux constats établis par ce rapport.

Dans quel contexte général ce rapport a-t-il été réalisé ? ?

Halima El Joundi : L’accès à l’information publique est reconnu par le droit international comme droit fondamental, et l’article 27 de notre Constitution dispose que les citoyens ont le droit d’accéder à l’information détenue par l’administration publique, les institutions élues et les organismes investis de missions de service public. SimSim Participation citoyenne suit de très près l’application de la loi 31.13 relative…

article suivant

Vers une accélération de l'approvisionnement en vaccins et un élargissement de la campagne de vaccination aux 25-29 ans