Démantèlement d’une cellule terroriste affiliée à Daech dans la région de Marrakech-Safi

Une cellule terroriste de quatre individus de 22 à 28 ans a été démantelée ce 22 juin dans la région de Marrakech-Safi.

Par

Démantèlement d'une cellule terroriste affiliée à Daech à Sidi Zouine, dans la région de Marrakech-Safi, le 22 juin 2021. Crédit: DGSN / Twitter

Le Bureau central d’investigations judiciaires (BCIJ) relevant de la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST) a réussi, tôt ce mardi matin, à démanteler une cellule terroriste affiliée à l’organisation dite État islamique (EI ou Daech) composée de quatre extrémistes, âgés de 22 à 28 ans, qui s’activaient dans la commune rurale de Sidi Zouine relevant de la région de Marrakech-Safi.

“Cette opération s’inscrit dans le cadre des opérations sécuritaires visant à lutter contre les menaces terroristes et mettre en échec les plans destructeurs qui guettent la sécurité et la stabilité du royaume en vue de porter gravement atteinte à l’ordre public”, indique un communiqué du BCIJ.

“Les opérations de recherche sur le terrain et le suivi technique ont permis de recueillir des renseignements précis sur le projet terroriste du chef de cette cellule qui ambitionnait d’attaquer des cibles et des sites à l’intérieur du royaume, ajoute la même source.

Cet individu planifiait de rejoindre les camps de l’organisation de l’État islamique dans la région du Sahel après avoir tissé des liens avec un de ses dirigeants portant la nationalité d’un État étranger et résidant à l’étranger, qui lui a demandé de rejoindre les camps de combats relevant de Daech dans le but d’effectuer un entraînement sur la fabrication d’explosifs et le choix des cibles terroristes, poursuit la même source.

Couteaux et matériel explosif

Les investigations menées ont révélé que “l’émir” de cette cellule terroriste avait mis à profit ses compétences dans le domaine de la soudure pour fabriquer des armes blanches et des engins explosifs. Il a effectué des tests pour la confection et l’utilisation de ces matières explosives, avant d’acquérir des produits chimiques qui entrent dans la fabrication de ces engins dans un local commercial à Marrakech, et ce dans le cadre de la préparation de son projet terroriste à l’intérieur du royaume.

Après le parachèvement des opérations d’embrigadement et de mobilisation, et l’adhésion complète à ce projet terroriste, les membres de la cellule ont décidé de passer à l’étape d’exécution des plans destructeurs. Ils avaient fixé comme cibles immédiates des établissements vitaux et des sites sécuritaires, outre l’identification de personnes à tuer à l’arme blanche, selon le modus operandi propre au groupe terroriste Daech, ajoute le communiqué.

à lire aussi

Les recherches et investigations ont révélé que les membres de cette cellule terroriste comptaient sur l’embrigadement d’enfants pour diffuser et généraliser la pensée extrémiste. Ils organisaient des rencontres avec des mineurs à Sidi Zouine pour les endoctriner et leur apprendre les fondements de l’esprit extrémiste selon la méthode “les lionceaux de la Khilafa” adoptée par Daech.

Les perquisitions et le ratissage technique effectués dans les domiciles des individus interpellés et dans un local annexe au domicile du suspect principal ont permis la saisie d’armes blanches de différentes tailles, de matériels informatiques, d’une machine de soudure et de substances chimiques suspectées d’être utilisées dans la fabrication d’engins explosifs. Il s’agit de 50 kilogrammes de nitrate d’ammonium, de 3 kilogrammes de sulfate de potassium, de 4 boîtes contenant des substances toxiques et de 3 sacs de 800 grammes contenant des poudres chimiques suspectes ainsi que des fils électriques et une balance.

Les officiers du BCIJ ont constaté la présence sur une porte en fer du domicile de l’un des mis en cause un symbole qui ressemble à l’étendard de l’organisation terroriste Daech.

Les mis en cause ont été placés en garde à vue à la disposition de l’enquête judiciaire menée par le BCIJ sous la supervision du parquet compétent, afin de déterminer les ramifications régionales et internationales des membres de cette cellule terroriste, ainsi que tous les projets terroristes qu’ils ont planifiés, et d’identifier tous les complices éventuels impliqués dans ce projet terroriste, note le communiqué.

“Cette opération sécuritaire confirme la poursuite de la recrudescence des menaces terroristes qui guettent la sécurité du royaume et la sûreté des citoyennes et citoyens, ainsi que l’obstination des individus imprégnés de l’idéologie extrémiste à exécuter des projets terroristes sous la bannière de l’organisation terroriste Daech”, conclut le BCIJ.

(avec MAP)

article suivant

Gouvernement : le trio RNI-PAM-Istiqlal accouche d’une Charte commune