À Rennes, la question des mineurs non accompagnés supposés marocains agite la ville

Question récurrente à Rennes depuis plusieurs années, la situation des mineurs non accompagnés, supposés marocains, est devenue un sujet de crispation dans la capitale bretonne.

Par

Des mineurs tentent de passer la frontière à Melilia. Crédit: AFP

Question récurrente à Rennes depuis plusieurs années, la situation des mineurs non accompagnés, supposés marocains, est devenue un sujet de crispation dans la capitale bretonne.

(Cet article a initialement été publié le 26 août 2020)

La question des mineurs isolés, considérés la plupart du temps comme originaires d’Oujda, continue de faire des vagues en Bretagne. Dans une interview accordée au quotidien régional Le Télégramme, ce 25 août, le député rennais Florian Bachelier (La République en marche) annonce que “des discussions ont lieu entre le président Macron et le roi du Maroc, Mohammed VI, pour qu’un centre d’hébergement, de formation et de soins soit créé directement au Maroc, afin de prendre en charge” les mineurs non accompagnés (MNA).

300 mineurs “marocains” en Bretagne

Voilà plusieurs années qu’à Rennes, la question des MNA cristallise les problèmes d’insécurité dans cette ville de plus de 220.000 habitants. “Depuis le début, je pousse pour que ce sujet soit traité avant que ces mineurs n’arrivent en France. C’est ce que fait le président Macron”, estime Florian Bachelier que l’on dit proche du Garde des Sceaux, Éric…

article suivant

PLF et nomination d'ambassadeurs au menu du Conseil des ministres présidé par Mohammed VI