Les bombardements israéliens sur Gaza “pourraient constituer des crimes de guerre” selon une responsable onusienne

Les bombardements israéliens sur la bande de Gaza “pourraient constituer des crimes de guerre”, a affirmé ce 27 mai la Haute-Commissaire de l’ONU aux droits de l’homme, en soulignant qu’elle n’avait pas reçu de preuve que des bâtiments visés étaient utilisés à des fins militaires.

Par

Un jeune Palestinien au milieu d'un bâtiment détruit lors d'une frappe aérienne israélienne tôt le matin sur la ville de Gaza, le 18 mai 2021. Crédit: Mahmud Hams / AFP

S’il s’avère que l’impact sur les civils et les objets civils est indiscriminé et disproportionné, cette attaque peut constituer un crime de guerre”, a déclaré Michelle Bachelet à l’ouverture d’une réunion extraordinaire du Conseil des droits de l’homme de l’ONU.

Le conflit entre le Hamas et Israël, le quatrième depuis 2008, a éclaté le 10 mai avec le tir par le Hamas de salves de roquettes vers Israël en solidarité avec les centaines de Palestiniens blessés lors de plusieurs jours d’affrontements avec la police israélienne sur l’esplanade des Mosquées, à Jérusalem-Est occupé. À l’origine des heurts, la menace d’expulsion de familles palestiniennes au profit de colons israéliens.

“Cette escalade est directement liée aux protestations et à la réponse musclée des forces de sécurité israéliennes, d’abord à Jérusalem-Est, puis dans l’ensemble du territoire palestinien occupé et en Israël”, a souligné Mme Bachelet.

La Haute-Commissaire de l’ONU aux droits de l’homme, Michelle Bachelet, lors de l’ouverture d’une réunion d’urgence du Conseil des droits de l’homme de l’ONU à Genève, le 27 mai 2021.Crédit: Fabrice COFFRINI / AFP

Elle a souligné que les tirs de roquettes lancés par le Hamas “sont aveugles et ne font pas de distinction entre les objets militaires et civils, et leur utilisation constitue donc une violation manifeste du droit humanitaire international”.

Quant aux frappes aériennes israéliennes sur Gaza, a-t-elle dit, elles ont fait “de nombreux morts et blessés parmi les civils, et engendré des destructions et des dommages à grande échelle sur des biens civils”.

Il s’agit notamment de “bâtiments gouvernementaux, de maisons et immeubles résidentiels, d’organisations humanitaires internationales, d’installations médicales, de bureaux de médias et de routes permettant aux civils d’accéder à des services essentiels tels que les hôpitaux”, a-t-elle poursuivi.

“Il ne fait aucun doute qu’Israël a le droit de défendre ses citoyens et ses résidents. Cependant, les Palestiniens ont aussi des droits. Les mêmes droits”

Michelle Bachelet, Haute-Commissaire de l’ONU aux droits de l’homme

Et, a relevé la Haute-Commissaire, “malgré les affirmations d’Israël selon lesquelles nombre de ces bâtiments accueillaient des groupes armés ou étaient utilisés à des fins militaires, nous n’avons pas vu de preuves à cet égard”.

La haute responsable onusienne a également fait remarquer que le fait d’implanter des moyens militaires dans des zones civiles densément peuplées ou de lancer des attaques à partir de celles-ci constitue une violation du droit humanitaire international.

Du 10 au 21 mai, 254 Palestiniens ont été tués par des frappes israéliennes dans la bande de Gaza, parmi lesquels 66 enfants et des combattants, selon les autorités locales. En Israël, les tirs de roquettes depuis Gaza ont fait 12 morts parmi lesquels un enfant, une adolescente et un soldat.

“Il ne fait aucun doute qu’Israël a le droit de défendre ses citoyens et ses résidents. Cependant, les Palestiniens ont aussi des droits. Les mêmes droits”, a insisté Mme Bachelet.

Enfin, elle a demandé aux autorités israéliennes “de mettre immédiatement un terme au processus d’expulsions” de familles palestiniennes, “conformément aux obligations d’Israël en vertu du droit international”.

à lire aussi

article suivant

Maroc-Israël : 22 millions de dollars de drones kamikazes pour les FAR