Expulsion et attaques contre des Palestiniens : réunion d’urgence des ministres arabes des Affaires étrangères

Les travaux de la réunion d’urgence du Conseil de la Ligue des États arabes au niveau des ministres des Affaires étrangères sur l’évolution de la situation dans la ville sainte d’Al-Qods ont débuté, ce 11 mai, par visioconférence.

Par

Le ministre des Affaires étrangères Nasser Bourita participe à la réunion d'urgence du Conseil de la Ligue Arabe, tenue par visioconférence pour discuter de la situation à Al Qods, le 11 mai 2021. Crédit: MAE

Le Maroc est représenté à cette réunion, qui se tient à la demande de l’État de Palestine, par Nasser Bourita, ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, et Ahmed Tazi, ambassadeur du Maroc en Égypte et représentant permanent du royaume auprès de la Ligue des États arabes.

Discussion autour d’un “plan d’action” des États arabes

“Cette réunion ministérielle discutera de l’action arabe et internationale pour faire face aux crimes et attaques israéliennes brutales contre le peuple palestinien dans la ville occupée d’Al-Qods, la capitale de l’État de Palestine, notamment l’offensive israélienne sauvage contre les fidèles lors de ce mois béni du ramadan et les attaques et les plans de saisie des maisons des maqdessis dans le quartier de Cheikh Jarrah et les autres quartiers de la ville pour tenter de vider la ville sainte de ses habitants et de déplacer sa population”, a indiqué l’ambassadeur de Palestine en Égypte et son représentant permanent auprès de la Ligue arabe, Diab Al-Louh.

Les fidèles palestiniens prient pendant Laylat al-Qadr (la Nuit du Destin) à l’extérieur du Dôme du Rocher dans l’enceinte de la mosquée Al-Aqsa à Jérusalem pendant le mois de Ramadan, le 8 mai 2021.Crédit: Ahmad Gharabli / AFP

“Ces pratiques s’inscrivent dans le contexte de la politique israélienne systématique visant à judaïser Al-Qods et à modifier le statut juridique et historique de la ville et de ses lieux saints”, a souligné le diplomate palestinien dans une déclaration à la presse, ajoutant que “la réunion examinera également des répercussions des frappes aériennes israéliennes sur la bande de Gaza”.

à lire aussi

Il a mis l’accent sur “la nécessité de prendre des décisions et des mesures pratiques afin de transmettre un message arabe unifié de la Ligue des États arabes”. Il s’agit également “d’assurer la protection internationale nécessaire au peuple palestinien contre de telles pratiques systématiques, des violations continues et des escalades dangereuses”.

“L’attaque contre la mosquée Al-Aqsa exige une action rapide afin d’empêcher la poursuite de ces violations et mettre fin aux pratiques criminelles des colons contre le peuple palestinien”, a enchaîné l’ambassadeur palestinien.

Israël en ligne de mire

Avant le début de la réunion, le secrétariat général de la Ligue des États arabes a publié un communiqué dénonçant les frappes aériennes israéliennes sur la bande de Gaza, qui ont tué 21 martyrs palestiniens, dont 9 enfants, décriant ces attaques comme “aveugles et irresponsables, motivées par des tendances à la vengeance, des calculs politiques internes et une démonstration de force aux dépens du sang des enfants”.

La Ligue arabe a tenu Israël pour responsable de cette escalade dangereuse, relevant que “les violations israéliennes à Al-Qods et la tolérance du gouvernement à l’égard des extrémistes juifs hostiles aux Palestiniens et aux Arabes ont conduit à cette situation dangereuse”.

Elle a appelé la communauté internationale à agir immédiatement pour mettre fin à l’agression israélienne à Al-Qods, à Gaza et dans tous les territoires palestiniens occupés, soulignant que “les provocations israéliennes se poursuivent toujours à Al-Qods, au mépris des sentiments des musulmans du monde entier qui s’apprêtent à célébrer la fête de l’Aïd El Fitr”.

(avec MAP)

article suivant

Quand Cristiano Ronaldo interroge notre surconsommation de sucre…