Conflit israélo-palestinien : réunion extraordinaire du Conseil des droits de l’homme de l’ONU le 27 mai

Le Conseil des droits de l’homme se réunira la semaine prochaine en session extraordinaire sur l’embrasement du conflit israélo-palestinien, ont annoncé ce 20 mai les Nations unies.

Par

Explosion dans un immeuble du quartier résidentiel de Rimal à Gaza le 20 mai 2021, lors d'un bombardement israélien sur l'enclave contrôlée par le Hamas. Crédit: Mahmud Hams / AFP

La réunion, prévue le 27 mai, est organisée à la demande du Pakistan (en tant que coordonnateur de l’Organisation de la coopération islamique) et des autorités palestiniennes, qui ont réuni suffisamment de signatures sur les 47 pays membres du Conseil, a indiqué l’ONU dans un bref communiqué.

Lors de cette réunion, les pays examineront la “grave situation des droits humains” dans les territoires palestiniens occupés, y compris à Jérusalem-Est, a-t-elle précisé.

Offensive diplomatique

L’annonce survient alors que la diplomatie internationale s’active sur le terrain et en coulisses pour tenter de mettre un terme à l’escalade militaire meurtrière entre Israël et le Hamas palestinien au pouvoir dans la bande de Gaza, après de nouveaux bombardements.

à lire aussi

Le Conseil des droits de l’homme tient pas moins de trois sessions ordinaires par an, mais si un tiers des États membres en fait la demande, il peut décider à tout moment de tenir une session extraordinaire.

Depuis sa création en juin 2006, le Conseil des droits de l’homme a déjà tenu 29 sessions extraordinaires destinées à réagir à des situations d’urgence, dont plusieurs ont condamné Israël, notamment sur la situation à Gaza.

La précédente réunion extraordinaire portant sur la détérioration de “la situation des droits de l’homme dans le Territoire palestinien occupé, y compris Jérusalem-Est” remonte à mai 2018. Et la première session extraordinaire du Conseil, le 5 juillet 2006, a elle aussi porté sur “la situation des droits de l’homme dans les territoires palestiniens occupés”.

article suivant

Jerada : du soulèvement de la rue au soulèvement par les urnes