El Bekri, le nouvel appel à projets de recherche sur l’arganier

Le ministre de l’Éducation nationale et porte-parole du gouvernement Saaïd Amzazi a annoncé, le 10 mai, le lancement d’un appel à projets de recherche sur l’arganier, ainsi que la création de trois prix voués à la recherche sur cet arbre qui seront décernés annuellement.

Par

AFP

Baptisé “El Bekri”, cet appel à projets de recherche a pour but de promouvoir la recherche scientifique et l’innovation autour de l’arganier, a expliqué Saaïd Amzazi, qui s’exprimait lors de la célébration de la première journée internationale de l’arganier, organisée par la faculté des sciences de Rabat.

à lire aussi

Ce projet renvoie à l’engagement du ministère de l’Éducation nationale, de la Formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique en faveur de la promotion de la recherche sur l’arganier. Le budget alloué est de 10 millions de dirhams, en association avec les partenaires du ministère, à savoir l’Académie Hassan II des sciences et techniques, l’ICESCO et l’UNESCO.

Trois prix en prime

Hormis le lancement de cet appel à projets, la stratégie dédiée à la promotion de la recherche sur l’arganier prévoit aussi la création de trois prix, dont un Prix du partenariat université-coopérative, visant la promotion et l’encouragement du partenariat entre le monde de la recherche scientifique et les coopératives, notamment en matière de valorisation des produits de l’arganier.

Ce prix, qui récompensera les meilleures équipes de recherche ayant collaboré avec les coopératives dans un processus d’innovation autour de l’arganier, sera doté d’un montant de 100.000 dirhams, a précisé le ministre. Un autre prix de 50.000 dirhams récompensera la meilleure thèse de l’année sur ce sujet.

La journée internationale de l’arganier a été fixée au 10 mai pour marquer l’aboutissement du cycle de maturation du fruit.Crédit: Unsplash

Quant au prix du meilleur article scientifique, il sera doté de 25.000 dirhams. Au Maroc, le nombre de ces publications est passé de 15 en 2010 à 52 en 2020, a souligné M. Amzazi. Les principaux champs disciplinaires visés sont l’agroforesterie, l’écophysiologie et l’amélioration génétique de l’arganier, la chimie et la biochimie de l’arbre et de ses produits dérivés, dont l’huile d’argan, la pharmacologie, la cosmétologie et les essais cliniques des produits dérivés.

Le prix porte aussi sur le développement socioéconomique des arganeraies et les études en sciences humaines et sociales relatives à la thématique de l’arganier.

Arbre “patriote”

Saaïd Amzazi a affirmé que la plus grande qualité de l’arganier était d’être “patriote”, car il pousse exclusivement sur le sol marocain. Le ministre délégué chargé de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Driss Ouaouicha, a quant à lui rappelé que l’arganier constituait un patrimoine national authentique, mettant en avant son rayonnement à l’international.

Il a aussi abordé ses bienfaits dans les domaines alimentaire, médicinal et cosmétique, appelant à promouvoir davantage la recherche autour de cet arbre pour contribuer à la fois aux objectifs du développement durable, à l’amélioration de la productivité et au soutien de l’autonomisation socioéconomique des femmes rurales actives dans des coopératives dédiées à l’arganier.

Une des femmes de la coopérative Afra en train de nettoyer les noix d’argan, en 2015.Crédit: Tarek Bouraque

Prenant la parole à son tour, le directeur général de l’Organisation du monde islamique pour l’éducation, les sciences et la culture (ICESCO), Salim M. El Malik, a affirmé que la célébration de cette journée internationale offrait l’occasion de mettre en avant les spécificités de cet arbre, ainsi que les efforts déployés par le Maroc pour sa préservation et sa valorisation.

M. El Malik a proposé de présenter la demande d’inscription de l’arganier sur la liste du patrimoine du monde islamique, assurant que l’ICESCO apporterait son soutien à la recherche sur l’arganier. L’arbre est inscrit depuis 2014 sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO.

Lancement d’un bachelor en “produits du terroir”

Pour sa part, le président de l’université Mohammed V de Rabat, Mohamed Rhachi, a affirmé que l’université avait toujours soutenu les recherches sur l’arganier, relevant que la proclamation de cette journée internationale constituait une reconnaissance des efforts du Maroc pour protéger et valoriser cet arbre.

De son côté, le doyen de la faculté des sciences de Rabat, Mohamed Regragui, a mis en exergue les différents travaux de recherches et études menés sur l’arganier dans son établissement. Il a aussi annoncé le lancement l’année prochaine d’une formation de type Bachelor intitulée “Produits du terroir”, dont l’arganier fait partie.

Placée sous le thème “Trois décennies de R&D pour le développement durable de l’arganier”, cette rencontre avait pour objectif, d’une part, de célébrer la journée mondiale de l’arganier et, d’autre part, de partager le bilan des recherches et activités entreprises depuis 36 ans par la Faculté des sciences de Rabat, leader mondial des publications scientifiques indexées sur l’arganier et ses dérivés.

(avec MAP) 

article suivant

[Le Scan] Moudawana : pourquoi une réforme s’impose