Quotient électoral : échec et maths pour le PJD

Le PJD aborde la saison électorale dans un contexte politique qui lui est hostile. En plus de la loi sur la légalisation du cannabis, qu’il assimile à une atteinte à ses fondements idéologiques, le parti au pouvoir voit sa domination dans les urnes directement menacée par la réforme du quotient électoral.

Par et

Fadel Senna / AFP

Le 9 avril dernier, la décision de la Cour constitutionnelle, attendue notamment par le PJD, relative aux lois organiques modifiant respectivement la loi organique relative à la Chambre des représentants, celle relative à la Chambre des conseillers et l’autre relative à l’élection des collectivités territoriales, a été dévoilée.

à lire aussi

Comme prévu, le verdict de la juridiction suprême est sans appel: ces lois organiques sont bel et bien conformes à la Constitution. Idem pour le nouveau quotient électoral, sujet d’une bataille entre le PJD et les différents partis politiques. D’après la Cour, la loi fondamentale “n’inclut aucune règle explicite” relative à la méthode de calcul dudit quotient, “ce qui fait de ce dernier l’un des thèmes que le législateur identifie de manière unique.” Un nouveau revers donc pour le…
article suivant

Qui est Chouhaid Nasr, le nouveau patron de Veolia Maroc ?